Bildung erneuern

Podium Pestalozzianum 2020

Am 19. März 2020 findet das Podium Pestalozzianum zum Thema “Bildung erneuern” im Kosmos in Zürich statt. Auf dem Podium diskutieren Dieter Rüttimann, Prof. Dr. Lucien Criblez, Dr. Viviane Hoyer und Andrea Ming gemeinsam die Frage, wie öffentliche Schule innovative Wege in die Zukunft gehen kann.

Diskutieren Sie mit!

“Le meilleur des mondes” : l’éducation entre optimisme et utopie.

“Le meilleur des mondes” : l’éducation entre optimisme et utopie. Colloque international francophone, Centre de Documentation et de Recherche Pestalozzi, 13-14 février 2020.

Le Centre de documentation et de recherche Pestalozzi d’Yverdon-les-Bains et son Comité scientifique s’associent à la Maison d’Ailleurs pour questionner les liens existants depuis des siècles entre l’éducation et l’utopie. Après Utopia de Thomas More (1516), nombreuses sont en effet les utopies qui prévoient la transmission de connaissances et de compétences, une organisation sociale avec des maîtres et des écoles, un système d’instruction, morale, religieuse, intellectuelle, physique, technique ou autre. Or, si l’éducation est une des composantes essentielles des utopies, qui visent la création de nouveaux humains, la pédagogie n’est-elle pas, de son côté, condamnée à l’utopie ? Voire à l’eutopie, forme extrême de l’optimisme qui envisage le meilleur des mondes et l’éducation idéale en des espaces précis, par exemple…scolaires.
Du rêve éveillé au réformisme social, utopisme et optimisme pédagogiques s’écartent de la réalité. Mais cet écart est dynamique, comme ce colloque entend le montrer. Non seulement il fait débat (qu’est-ce qui est réalisable et qu’est-ce qui ne l’est pas ?) mais il évolue avec le temps. Bien des utopies des temps passés sont devenues de nos jours des faits accomplis. En s’intéressant à l’utopie pensée mais également pratiquée, c’est aussi aux formes de l’espérance dans le présent et à l’expérimentation sociale et pédagogique que sont dédiées ces deux journées.

Ce colloque s’inscrit dans une collaboration avec La Maison d’Ailleurs, musée de la science fiction, de l’utopie et des voyages extraordinaires. Située en face du château, elle présente du 17 novembre 2019 au 25 octobre 2020 l’exposition Mondes (imparfaits). Autour des Cités obscures de Schuiten et Peeters.

Programme du colloque

Internationalism(s) and Education during the Cold War. Actors, Rivalries and Circulations. International Conference

Call for papers Internationalism(s) and Education during the Cold War. Actors, Rivalries and Circulations. International Conference, University of Lausanne, 24-25 June 2021.

In the wake of the recent transnational and global turn in historical research, several studies have focused on the history of internationalisms in the 19th and 20th centuries. One of the pioneers of reflection in this field, Akira Iriye, provides a very broad definition of this concept, including any activity aimed at promoting international cooperation (Cultural Internationalism, 1997). Accordingly, “internationalism” can refer both to the expression of an ideal and to a practice rooted in a multitude of fields, thus responding to a wide variety of motivations. Education is certainly a fertile ground that can help us come to grips with the actors, scope, and occasional contrasting logics of this phenomenon. Several researchers have traced its history from its emergence in the 19th century to its institutionalization in the first half of the 20th century. However, not much research has been focused on educational internationalism, as it developed during the Cold War. Yet, this period provides an exceptional framework for understanding the evolution and metamorphosis of the processes of internationalization of knowledge and educational practices, whether in the school sphere or in the extra-curricular environment. Driven by a multitude of national, international, and imperial actors, these are articulated through the ideological confrontation between the blocs of the East and the West, but also through the challenges posed by European integration, decolonization, the emergence of “third worldism” and the attempts to regulate international relations (maintenance of peace and security, etc.). Therefore, the aim of this conference is to lay the foundations for a global history of educational internationalism, tracing its forms, its trajectories (North-South, East-West, South-South), as well as its impact on the political framework and the balance of power determined by the “global Cold War”. On the one hand, our ambition is to deepen and to extend recent historiographical reflections which highlighted the porosity of the “Iron Curtain”, the ambiguities of the processes of “Americanization” and “Sovietization” of Western societies as well as the interactions between the two blocs and the countries of Africa, Asia and Latin America. On the other hand, this meeting also aims at (re)introducing the European paradigm as a key issue in the history of the second half of the 20th century. We want to bring together contributions from junior or confirmed researchers around three main lines of research:

1. “Cold War warriors”? The actors of internationalisms in education

Be they state or non-state actors, international governmental or non-governmental organizations, faith-based, professional, political or activist groups, or youth organizations, philanthropic organizations, missionaries or networks of experts, it is first of all necessary to investigate the role of these actors as transmission belts of practices, values and internationalist standards. This will involve examining their ambitions, revealing their operation, their networking and their occasional surprising links and connections. This first line of research therefore aims to better understand the different manifestations of internationalism, to bring out the various nerve centers where it unfolds and to emphasize the variety of impulses that underlie it (communism, anti-communism, europeanism, pacifism/humanism, liberalism, post-imperialism, etc.).

2. Internationalist educational models and paradigms

What are the educational models and paradigms that are at the heart of internationalist campaigns? To what extent are the different internationalist educational conceptions promoted defined in terms of and in response to other models? How can they coexist, compete or contradict national standards, for example? This second line of research aims to explore differences, but also intersections, entanglements and ideological compromises between different forms of internationalism. It will also examine how the phenomena of transfer, circulation and hybridization have shaped the various school policies put in place from an internationalist perspective (education for peace, human rights, international understanding, Europe, etc.).

3. The instruments, practices, and outcomes of educational internationalisms

What are the instruments and educational materials that can promote circulations and thus make internationalist ambitions a reality? The revision of textbooks, the establishment of international meetings, school and student exchanges; the organization of twinnings, study trips, and school exhibitions; as well as the implementation of development aid policies in countries of the “Global South”, are all strategies developed by the actors invested in promoting educational internationalism and/or internationalist principles. The objective of this third line of research is therefore to confront ourselves with the reality of internationalist initiatives in order to assess not only the outcomes, but also the resistance they encounter.

The working languages of the conference will be French and English. Communications expressed in one language will have to be supported and augmented by a simultaneous digital presentation in the other language. The papers of the communications (approximately 6,000 words) will be submitted a few weeks before the start of the event.
A collective publication (in English and/or French) is planned.

Keynote lectures will be provided by Rita Hofstetter and Joëlle Droux (University of Geneva), as well as by Giles Scott-Smith (Leiden University).

The transport and accommodation of participants will be taken care of, fully or partially, depending on the results of the grant applications. Priority will be given to young researchers.

Submission terms and schedule

September 15, 2020: Please send proposals to the following addresses: ,
Abstracts (300 words max. in word or pdf files) will include a title, a specific issue, a bibliography (5 references max.) and a short bio-bibliographic notice (15 lines max.).

December 2020: Acceptance notifications after a selection process conducted with the help of members of the Scientific Committee.

June 11, 2021: Papers (6,000 words) will be shared amongst colleagues attending the conference.

June 24-25, 2021: International conference on the campus of the University of Lausanne.

September 15, 2021: Final version of the papers for publication.

Girolamo Mascagni, un pioniere dell’educazione civica in Ticino

Conferenza pubblica di Marcello Ostinelli in occasione dell’Assemblea ordinaria della Società Demopedeutica Ticinese. Sabato 1 febbraio 2020 – ore 10.00, Aula magna del Liceo 2 di Lugano. 

Programma 
Conferenza pubblica di Marcello Ostinelli: “Girolamo Mascagni, un pioniere dell’educazione civica in Ticino” ; 
intervento di Aldo Foglia: “Avete detto civica?” ; 
presentazione del volume “Per discutere la civica, Manno, SUPSI, 2019″.

CfP: 13. Forum junger Bildungshistoriker*innen

Call for Papers
13. Forum junger Bildungshistoriker*innen

Emerging Researchers’ Conference for the History of Education

24./25. September 2020, Universität Münster

Im Zuge der verstärkten Förderung des wissenschaftlichen Nachwuchses bietet die Sektion Historische Bildungsforschung der Deutschen Gesellschaft für Erziehungswissenschaft (DGfE) seit 1997 alle zwei Jahre eine »Nachwuchstagung« an. Damit soll Nachwuchsforscher*innen die Möglichkeit gegeben wer- den, Strategien oder Ergebnisse ihrer Forschungen vorzustellen und zu diskutieren. Dieses Forum richtet sich an Promovierende ungeachtet des jeweiligen Arbeitsstandes, d. h. sowohl an »Beginnende« als auch an »Fortgeschrittene«. Grundsätzlich sind jegliche Forschungsarbeiten willkommen, die einen Be- zug zu Themen und Fragen der Historischen Bildungsforschung aufweisen, einschließlich kultur- bzw. systemübergreifende oder -vergleichende Ansätze.

Nachdem das Forum über 20 Jahre in der Bibliothek für Bildungsgeschichtliche Forschung (BBF) in Berlin mit großem Erfolg stattgefunden hat, bestand der Wunsch, dieses Veranstaltungsformat zukünftig an wechselnden Standorten zu veranstalten. 2018 gastierte das Forum erstmals an der Universität Wien. Mit der Wahl der neuen Vertretung des wissenschaftlichen Nachwuchses bei der vergangenen Sektionsta- gung übernahmen Agneta Floth (Bielefeld) und Andreas Oberdorf (Münster) die Organisation des nächs- ten Forums junger Bildungshistoriker*innen, das am 24./25. September 2020 in Münster stattfinden wird. Als Diskutant*innen konnten für das Forum gewonnen werden: Michèle Hofmann (Universität Zü- rich), Rebekka Horlacher (PH Zürich), Pieter Verstraete (KU Leuven) und Tim Zumhof (WWU Münster).

Um dem Werkstattcharakter des Forums zu entsprechen, werden die angenommenen Beiträge anhand ihrer eingereichten Projektskizze dem jeweiligen Arbeitsstand nach gruppiert:

Gruppe »Beginnende«: Dieses Format richtet sich an Nachwuchswissenschaftler*innen im Umfeld der Historischen Bildungsforschung, die noch an den Anfängen ihrer Qualifikationsarbeit stehen. Es bie- tet die Möglichkeit, erste Ideen, Quellen, Methoden und/oder Thesen zu präsentieren und konstrukti- ves Feedback zu erhalten.

Gruppe »Fortgeschrittene«: Dieses Format bietet vorrangig in ihren Arbeiten fortgeschrittenen Nach- wuchswissenschaftler*innen die Möglichkeit, ihre Qualifikationsarbeiten im Gesamten oder Teilas- pekte daraus zur Diskussion zu stellen. Nach Annahme der Projektskizze ist zusätzlich eine ca. zwei- seitige Argumentationsskizze bis Ende August zu senden, die an die eingeladenen Diskutant*innen weitergeleitet wird.

Projektskizzen für einen Beitrag sind auf Deutsch oder Englisch mit einem Umfang von ca. einer Seite und dem Verweis auf das Wunschformat (Beginnende/Fortgeschrittene) sowie mit einer kurzen biografi- schen Notiz bis zum 1. Mai 2020 an zu senden. Eine Teil- nahme ohne Beitrag ist unter formloser Anmeldung bis zum 31. Juli 2020 ebenfalls willkommen. Nähere Informationen (Anreise, Unterkünfte) werden rechtzeitig über unsere Homepage mitgeteilt. Reisestipen- dien können über die Sektion Historische Bildungsforschung der DGfE beantragt werden.

Kontakt: Andreas Oberdorf (Münster), Agneta Floth (Bielefeld) E-Mail:

Eine Eintragung in die Mailingliste der »Emerging Researchers« ist jederzeit möglich und erfolgt formlos durch eine E-Mail an die o.g. Adresse.

XIV. Arbeitstagung Gender-Studies in der Historischen Bildungsforschung

XIV. Arbeitstagung Gender-Studies in der Historischen Bildungsforschung am 10./11. Juli 2020, Universität zu Köln

Mit der Einladung zu der oben genannten Arbeitstagung setzen wir eine von Prof. Dr. Pia Schmid an der Martin-Luther-Universität Halle-Wittenberg begründete Tradition fort, wenn auch an einem anderen Ort. Wiederum möchten wir Wissenschaftler*innen, vor allem auch Promovierende einladen, geplante, laufende oder kürzlich abgeschlossene Forschungsprojekte vorzustellen. Über die Diskussion einzelner Beiträge hinaus wird ausreichend Zeit für grundsätzliche Diskussionen über methodische bzw. metho- dologische und theoretische Fragen sowie für eine Bestandsaufnahme von Desidera- ten eingeräumt werden.

Herzlich eingeladen sind auch all diejenigen, die als Zuhörer*innen und Mitdiskutant*innen mitwirken wollen. Für die einzelnen Beiträge sind jeweils 30 Minuten Vor- tragszeit und 20 Minuten Diskussion geplant.

Bitte schicken Sie Ihre abstracts bis zum 30.4.2020 an . Das vorläufige Programm werden wir voraussichtlich Ende Mai 2020 verschicken. Anmeldungen zur Tagungen nimmt ebenfalls Herr Gippert entgegen. Mit der Anmeldebestätigung werden wir Ihnen dann eine Anfahrtsskizze zur Humanwissenschaftlichen Fakultät der Universität zu Köln sowie eine Hotelliste zusenden.

Appel à communication “Politiques et territoires en éducation et en formation : enjeux, débats et perspectives”.

Appel à communication “Politiques et territoires en éducation et en formation : enjeux, débats et perspectives”. Colloque international Inter-Congrès, Nancy 8-9 juillet 2020.
Le colloque « Politiques et territoires en éducation et formation » est organisé conjointement par le Laboratoire Interuniversitaire des Sciences de l’Éducation et de la Communication (LISEC EA 2310, http://www.lisec-recherche.eu/) et l’Association des Enseignant.e.s et Chercheur.e.s en Sciences de l’Éducation (AECSE, https://aecse.net/). Il a pour objectif de réfléchir aux rapports entre les politiques d’éducation et de formation et les territoires à partir de trois axes :

1) la mise en œuvre et la réception des politiques dans les territoires ;

2) le questionnement portant sur le changement de nom de la section « sciences de l’éducation » en « sciences de l’éducation et de la formation » et enfin

3) le territoire compris comme un ensemble structuré d’espaces de cheminement.
Les trois axes sont ouverts aux réflexions philosophiques, épistémologiques, éducatives, communicationnelles et socio-politiques sur la manière d’aborder les liens entre politiques et territoires, entre éducation et formation.

Chaque proposition de communication devra répondre aux normes suivantes :

  • Nom, prénom du ou des auteurs
  • Institution(s) de rattachement
  • Adresse(s) de messagerie
  • Titre de la communication proposée
  • Axe dans lequel elle s’inscrit
  • Mots-clés (5 maximum)
  • Résumé de 3 000 signes (espaces compris), qui mentionnera la problématique, les données sur lesquelles se fonde l’analyse, les approches méthodologiques et disciplinaires mobilisées et les résultats
  • Des éléments de biographie (max. 300 signes)
    Langue : français
    La proposition, au format .doc ou .odt sera déposée sur le site du colloque https://inter-aref-2020.event.univ-lorraine.fr

date-limite de réception des propositions de communication 02.02.2020

Un importante fondo per la ricerca storico-educativa è arrivato a Locarno

Il laboratorio Ricerca storico-educativa, documentazione, conservazione e digitalizzazione (RDCD) della SUPSI ha appena ricevuto un’importante donazione. Norberto Bottani, dal 1977 al 1997 Amministratore generale del Centre for Educational Research dell’OCSE, poi dal fino al 2005 direttore del Service Service de la recherche en éducation (SRED) del Cantone di Ginevra, ci ha affidato il suo archivio professionale e personale. Di circa 10.000 documenti, il fondo offre numerose informazioni per lo studio delle politiche educative internazionali nell’ultimo quarto del Novecento, in particolare per quanto concerne il ruolo dell’OCSE e le politiche di monitoraggio dei sistemi educativi. Contiene inoltre documentazioni minori ma non prive di interesse, come ad esempio sugli eventi accaduti nella scuola magistrale ticinese negli anni 1968-1969.Attualmente è in corso il processo di condizionamento e catalogazione del fondo. Il patrimonio librario del fondo è già catalogato nel catalogo NEBIS, i restanti materiali saranno da qui a qualche mese completamente disponibili e consultabili su richiesta presso la Biblioteca del Dipartimento Formazione e apprendimento. Per richiedere informazioni su questo importante fondo, ci si può rivolgere a 

Appel à contribution : L’histoire de l’éducation de la colonisation aux décolonisations en Afrique (années 1920 – 1970)

Le CEPED (France), le CESSMA (France), l’Université spécialisée VID (Norvège) et l’Université de Dalarna (Suède) souhaitent inviter les chercheurs travaillant sur l’histoire de l’éducation en Afrique, du Maghreb à l’Afrique du Sud, à participer à une nouvelle journée d’étude internationale consacrée à « L’histoire de l’éducation de la colonisation aux décolonisations en Afrique (années 1920 – 1970) » laquelle débouchera sur la publication d’un ouvrage.

Veuillez envoyer un résumé (1500 signes) de votre proposition avant le 17 janvier 2020 à 

Les auteurs des propositions sélectionnées seront informés avant le 7 février 2020 et invités à participer à une journée d’étude qui se tiendra à Paris les 21 et 22 avril 2020 et sera consacré aux histoires vécues en lien avec les pratiques éducatives, de la colonisation aux années suivant immédiatement les indépendances en Afrique (1920 – 1970). Les contributeurs devront soumettre leur article complet (6000 mots) avant le 31 mars 2020 pour la journée d’étude et dans la perspective du volume.

Le livre sera édité par Lars Berge et Ellen Vea Rosnes chez un éditeur anglophone. Avec cet appel à contribution pour la journée d’étude et l’ouvrage, nous visons à rassembler des chercheurs et chercheuses travaillant sur l’histoire de l’éducation et à renforcer ainsi le réseau international que nous avons déjà réuni en mai 2019 à Paris.

Par histoires vécues, nous entendons des histoires de l’éducation historiquement documentées à partir de documents d’archives qui n’ont pas encore été découverts ou d’histoires recueillies à partir de témoignages oraux ou écrits (romans (auto)biographiques, mémoires, contes etc.). Les histoires pourront être racontées du point de vue des différents acteurs mais une attention particulière sera accordée aux voix qui ont été marginalisées. Nombreux et nombreuses étaient les hommes et femmes impliqués dans les systèmes coloniaux et postcoloniaux d’éducation en Afrique : les élèves, les parents, les enseignants, les décideurs, les conseillers ou observateurs internationaux, les fonctionnaires dans les colonies ou dans les métropoles, les éducateurs laïcs ou religieux.

Dans les sociétés coloniales fortement hiérarchisées et ségréguées, les processus de marginalisation ou de subalternisation peuvent être abordés sous l’angle des dynamiques relationnelles entre ces multiples acteurs. Les institutions qu’ils représentent peuvent relever de structures historiques plus ou moins anciennes, renvoyant aux cadres sociaux, politiques ou religieux : un État, une puissance coloniale, une organisation islamique, une société missionnaire chrétienne, la famille, la région, la municipalité ou le village. Ces institutions ont contribué de différentes manières à la structuration des institutions scolaires œuvrant dans le sens de la colonisation mais aussi de la décolonisation. Elles étaient souvent liées les unes aux autres. Les établissements d’enseignement étaient les principales zones de contact entre les colonisateurs et les colonisés, les élites coloniales puis nationalistes et les peuples en général. Le concept de « zone de contact » a été introduit par Marie Louise Pratt en référence aux « espaces sociaux où les cultures se rencontrent et s’affrontent souvent dans des contextes de rapports de pouvoir très asymétriques » (Pratt, 1991, p. 34, notre traduction). Tous les acteurs ont été, de différentes manières, affectés par les rencontres que suscitaient ces zones de contact. Dans un contexte de décolonisation puis de construction nationale, les positionnements individuels vis-à-vis de l’école et les formes de loyauté créées par celle-ci ont joué un rôle important qu’il s’agit d’étudier.

Dans le sillage de la recherche postcoloniale actuelle, ce projet de journée d’étude et de livre mettra l’accent sur le fait qu’il existe de multiples récits co-existants et en interaction (Chakrabarty, 2009). L’étude des « concurrences » vise à rendre compte de la pluralité des récits (Fur, 2017) et de leurs enchevêtrements. Les concurrences induisent le dialogue, la multidisciplinarité et la collaboration. Il s’agit de trouver et de raconter différentes histoires simultanées en sachant que chaque histoire est racontée dans une certaine perspective.

La contribution des établissements d’enseignement au projet colonial dans différentes colonies a déjà été bien documentée mais des études nuancées et contextualisées (dans le temps, l’espace et les zones de contact) doivent encore être réalisées. Les romans illustrent bien le fait que l’éducation a participé à la prise de conscience qui a conduit aux mouvements de décolonisation. L’Aventure ambiguë de Cheikh Hamidou Kane, L’enfant noir de Camara Laye, La rivière de vie de Ngugi wa Thiong`o, les Mémoires d’un militant du Tiers Monde de Mamadou Dia et When We Were Young de S.O. Biobaku en sont des exemples. Les écoles coloniales ont formé les futures élites nationalistes et les dirigeants des partis indépendantistes. L’école est une institution particulièrement pertinente pour observer et comprendre la « rencontre » coloniale, les contradictions, les conflits, les négociations et les processus de domestication à l’œuvre. Les systèmes éducatifs visaient à favoriser la construction d’identités individuelles ou collectives et celle de sentiments d’appartenance afin de s’assurer de la loyauté des sujets puis des citoyens ; ceci en accord ou non avec les modes de vie et les aspirations des populations.

Depuis les années 1960, l’histoire de l’éducation a abordé nombre de sujets. La recherche s’est souvent concentrée sur les politiques éducatives et sur la manière dont les sociétés colonisées se sont appropriées l’école en l’adaptant à leurs propres intérêts. Les enseignements, les relations pédagogiques et les formes de sociabilité au sein des écoles ont également fait l’objet de recherches. Ces recherches ont permis de mieux comprendre comment l’éducation a été intégrée et a participé à la racialisation des sociétés colonisées, à la formation de nouveaux ordres de classe et de genre, à la construction de nouveaux groupes et hiérarchies. Les études sur les mouvements de décolonisation et les processus de construction nationale ont démontré que les pays nouvellement indépendants ont hérité de systèmes scolaires inégaux, peu développés et désorganisés. Puis, la recherche s’est penchée sur le rôle de la scolarisation dans la formation de nouveaux cadres africains, dans la naissance du sentiment national et dans les tentatives de décolonisation du savoir.

Si ces questions doivent être approfondies par de nouvelles recherches de terrain et des études de cas, d’autres doivent encore être abordées. D’une part, si des recherches approfondies ont été menées sur le rôle des écoles coloniales dans la formation des élites nationalistes et indépendantistes, nous savons encore peu de choses sur la collaboration, les arrangements ou les accommodements entre les puissances coloniales et néocoloniales qui ont permis la reproduction, au-delà de l’indépendance, de formes élitistes de pouvoir profitant aux cadres nationalistes mais au détriment des peuples. D’autre part, l’histoire des acteurs subalternes du système scolaire a à peine été esquissée. Ainsi, s’il existe de nombreuses recherches sur les enseignants européens et sur les élites africaines formées dans les écoles les plus prestigieuses, il nous reste à écrire une histoire sociale des enseignants africains, notamment en milieu rural. Nous devons également nous concentrer sur les élèves, garçons et filles, qui n’ont pas dépassé l’école primaire. Enfin, il y a un manque de recherche sur les revendications et les pratiques des colonisés dans le champ éducatif. Ces revendications ont été exprimées dans des pétitions adressées aux autorités coloniales pour réclamer l’extension du semis scolaire mais des recherches supplémentaires doivent être menées pour les comprendre pleinement. Les colonisés ont également ouvert leurs propres écoles et créé des systèmes scolaires innovants et ambitieux, y compris pendant la période coloniale, soit pour compenser le manque d’écoles, soit pour promouvoir des modèles scolaires alternatifs. C’est le cas des écoles coraniques, plus ou moins intégrées aux systèmes éducatifs gouvernementaux, ainsi que de nombreuses autres initiatives. Jusqu’à présent, ces revendications et initiatives ont été étudiées principalement sous l’angle du nationalisme et du militantisme. Il serait utile de les intégrer dans le champ de l’histoire de l’éducation.

Cette journée d’étude et ce projet de livre favoriseront les contributions qui mettent en lumière la multiplicité des voix et des récits, leur coexistence et leurs interactions, ainsi que la façon dont ils émergent des relations de pouvoir et les remodèlent. Notre objectif est d’inclure de nouveaux outils méthodologiques et théoriques afin de questionner nos pratiques de recherche et de les renouveler. Nous visons une approche critique des archives (Bailkin, 2015). Sources missionnaires, documents produits par les administrations coloniales ou postcoloniales, papiers conservés dans les écoles, manuels, cartes scolaires, lettres, images, cahiers ou dessins d’écoliers : quelles sources utilise-t-on ? Quelles histoires écrit-on grâce à elles ? Comment pouvons-nous poser de nouvelles questions à ces sources et élargir notre documentation ? Que peut apporter l’histoire orale ? Nous pouvons aussi réfléchir aux dialogues que nous établissons, en tant qu’historiens de l’éducation en Afrique, avec d’autres domaines de recherche. Les critiques récentes des philosophes africains de l’éducation (Abdi, 2012), rédigées d’un point de vue théorique, pourraient remettre en question nos études empiriques. De même, comment intégrons-nous les critiques du féminisme occidental par les féministes africaines ? Dans quelle mesure l’histoire de l’éducation en Afrique dialogue-t-elle avec les outils théoriques développés sur d’autres continents, comme les études subalternes en Inde ou les théories sud-américaines de la décolonisation ?

Thèmes suggérés :
– acteurs et actrices d’histoires éducatives en Afrique
– les influences de l’éducation sur les identités et les loyautés (trans)individuelles et collectives
– les impacts de l’éducation sur la vie sociale et économique.
– la circulation des politiques (objectifs, concepts et pratiques) entre les quartiers généraux coloniaux, les universités, les instituts d’éducation et les colonies.
– approche quantitative de l’équipement des écoles en Afrique.
– recherche narrative dans le domaine de l’histoire de l’éducation
– considérations théoriques et méthodologiques sur les concepts et les sources.

La date limite de dépôt des candidatures est fixée au 17 janvier 2020. Dans votre courriel  veuillez préciser vos noms, prénoms, établissement, adresse électronique et fonction actuelle. Outre les thèmes de votre résumé, sur quels thèmes/pays/questions de l’histoire de l’éducation travaillez-vous ?

Bibliographie

Abdi, A. A (ed.) (2012), Decolonizing Philosophies of Education, Rotterdam, Sense Publishers.
Bailkin, J. (2015), “Where did the Empire Go ? Archives and Decolonization in Britain”, The American Historical Review, 120, 884-899.
Chakrabarty, (2009),Provincialiser l’Europe : la pensée postcoloniale et la différence historique, Paris, Amsterdam.
Fur, G. (2017). Concurrences as a Methodology for Discerning Concurrent Histories. In D. Brydon, P. Forsgren & G. Fur (Eds.), Concurrent Imaginaries, Postcolonial Worlds. Toward Revised Histories (pp. 33-57). Leiden : Brill
Pratt, M. L. (1991). Arts of Contact Zone. Profession, pp. 33-40.

Following in the footsteps of education. Voices, writings and images in the modernization of education

Call for proposal to participate to the Conference “Following in the footsteps of education. Voices, writings and images in the modernization of education”, which will take place on 9-11 September 2020, in Málaga.
More specifically, it will look to the objects generated inside the schools (notebooks, exams, biographies, diaries, drawings, pictures, photos and videos, and oral testimonies, among others) during the processes of democratization and extension of education. These processes, with little difference, have occurred intensely in the so-called second democratic wave, after the end of World War II, although in some countries we had to wait for the end of dictatorships.

Deadline for submissions : 23.03.2020.

More informations

From school inspectors to school inspection. Supervision of schools in Europe from the Middle Ages to Modern times

International Conference  From school inspectors to school inspection. 
Supervision of schools in Europe from the Middle Ages to Modern times. 9th-10th September 2020, Prague, The National Pedagogical Museum and the Library of J.A. Comenius. 

The issue of supervision and inspection of education represents an essential and hitherto neglected theme of historical-educational research. The research often focuses mainly on the personalities of educational reformers who determined changes in educational concepts and founded educational and training institutions, leading to the transformation of education and training to a greater or lesser extent. In this perspective, the “progress” of education is unstoppable. However, it is clear that the course of school education and the processes of training and education are also largely determined by “anonymous” laws and other regulations that correspond to the interests of “cultural reproduction” of society (Pierre Bourdieu). 

In the “field of school conduct”, an essential role is played by the institutions of supervision and inspection of education and individual personalities promoting supervisory practices and applying sanctions in case of non-compliance or gross violation of the given order. The supervision of education is thus a cultural symbol of the times. The role and function of the supervision of education and training can be analyzed within a historical context or an applicable cultural pattern; the “impersonal rules” of supervision, but also the “mental habitus” of supervisors or inspectors can be reconstructed.  
The conference will focus on the analysis and reconstruction of the processes of “supervision” of education, the system and practices of the exercise of inspection power, and the “physics” of supervisory power (Michel Foucault). It will analyze external symbols (regulations, minutes or protocols, inspection reports, inspection institutions including their material support) as well as “invisible”, internalized and thus “natural” customs or procedures in inspection processes, and also rules and a scenario of the “presentation” of the supervision of training and education. 

Last but not least, the issue of changes in the supervisory processes of the relationship between external control and mechanisms of the autonomous education management will be explored. Medieval, early modern and modern education at all levels represented a fundamental means for the church or the state to consolidate and legitimize the power of church, state and other institutions (cities) that determined the order and image of the world at the time. Therefore, supervision of education was an important area of concern for both spiritual and political power. The practices of supervising education in the medieval, early modern and modern systems were rather diverse, but they had a common denominator: the interest of “higher” power. In the post-modern era, within an open, “liquid” society that permanently reflects the starting points of the system of power and thus relativizes them, the system of supervision of education ceases to play primarily the role of control, but is taking the form of a support of the autonomous management of educational institutions. The analysis will deal with the question of how and why this “turnaround” is happening and what it means for contemporary education. 

Papers mainly concerning the following spheres are expected: 

– institutions of supervision of education 

– practices of supervision of education 

– obvious and “invisible” actors of supervision 

– the means of supervision 

– sources of school supervision and their methodological processing 

– institutionalization of school supervision 

– the authority and power of the means and actors of supervision 

– a “free” school without supervision 

– autonomous school management 

Paper proposals with a short summary (max. 3000 marks in English or German) and CV no later than 15th January 2020to send at the e-mail address: . The organizers will send a notification of acceptance of the contribution no later than 28th February 2020.The organizational committee of the conference reserves the right to the selection of the papers. If they successfully pass the review process, the studies based on the presented papers will be published.

Elèves et étudiants en révolte : contestations et régulations au sein de l’ordre scolaire et universitaire.

Élèves et étudiants en révolte : contestations et régulations au sein de l’ordre scolaire et universitaire.
Les Cahiers de Framespa. Nouveaux champs de l’histoire sociale, n° 32, 2019.
Ce numéro interroge les notions de contestation et de régulation dans le domaine de l’histoire de l’éducation. Ouvert aux spécialistes de toutes les périodes historiques, du Moyen- Âge jusqu’à l’époque contemporaine, il inscrit sa réflexion dans le temps long afin de rendre compte des continuités et des ruptures, des héritages et des renouvellements de la dialectique «régulation/contestation » dans le cadre d’une histoire sociale et culturelle du fait éducatif.

Lien

Tintenfass – Schweizerischer Preis für Bildungsgeschichte

Das Schulmuseum Bern verleiht jährlich einen Preis für einen hervorragenden schulgeschichtlichen, bildungsgeschichtlichen, erziehungsgeschichtlichen  Beitrag.


Tintenfass, der schweizerische Preis für Bildungsgeschichte, wird jeweils im Herbst im Schulmuseum Bern an einem öffentlichen Anlass verliehen.

Teilnehmen können Autorinnen und Autoren von Beiträgen mit einem historischen Blick auf Unterricht, Schule, Bildung oder Erziehung – als

-eingereichten wissenschaftlichen Text  (Seminar-, Bachelor-, Masterarbeit, Dissertation)
publizierten populären Text     (Broschüre, Buch, Artikelserie, Presseartikel).

Die Preissumme beträgt 500.- sFr.

Die Jury besteht aus
-Prof. em. Dr. phil. I habil Hans-Ulrich Grunder, Stiftungsrat Schulmuseum Bern
-Pia Lädrach, Geschäftsführerin Schulmuseum Bern
-Dr. Katharina Kellerhals, Bildungshistorikerin
-Prof. Dr. Andrea Schweizer, Stiftungsrätin Schulmuseum Bern, Leiterin Institut Sekundarstufe I, Pädagogische Hochschule Bern
Die Jury bearbeitet die Einsendungen in einem anonymisierten Verfahren. Sie trifft ihren Entscheid in nicht-öffentlichen Sitzungen und führt keine Korrespondenz darüber.

Der Einsendeschluss für Tintenfass 2020 ist der 31.8.2020.

Senden Sie Ihren Text als pdf-Dokument (per mail) und als Printversion (per Post) an

Pia Lädrach
Geschäftsführerin Schulmuseum Bern
Muhlernstrasse 9, CH-3098 Köniz
()

Vigne, vin et éducation du XVIIIe siècle à nos jours

Symposium pluridisciplinaire et international “Vigne, vin et éducation du XVIIIe siècle à nos jours”, Bordeaux 19-21 mai 2021.

La vigne, le vin et l’éducation sont des thématiques qui paraissent éloignées et qui pourtant peuvent se rejoindre autour de la formation et des lieux d’apprentissage (lycées viticoles, universités, écoles d’oenologie…) et des savoirs scolaires à travers des disciplines comme la géographie, la biologie, l’art… ; ce qui n’empêche pas l’École de lutter par ailleurs contre les addictions, l’alcoolisme et ses dérives. Il faut dire que vigne et vin ont toujours rassemblé les hommes, constituant un véritable patrimoine culturel répandu dans le monde entier, le vin étant alors une référence culturelle sociétale et éducative. Ainsi, cette thématique pourrait être étudiée autour de trois également des Sciences et des disciplines littéraires et artistiques.

1. vin, éducation, lieux, environnement

L’apprentissage de la culture de la vigne et de l’élevage du vin se fait dans des lieux spécifiques qui émanent de la nécessité, dès le XVIIIe siècle, de former des professionnels capables de reproduire un geste ou d’apprendre un métier. Dès 1880 une Station Agronomique et OEnologique est créée à Bordeaux, mais il faut attendre 1956 pour voir l’École supérieure d’oenologie former ses premiers élèves. Ce processus, qui émane d’une réflexion menée dès le XVIIIe siècle, est-il similaire dans les autres régions viticoles du monde ? Y a-t-il eu des transferts transnationaux ? Ce sont ces continuités et ces ruptures, à travers une conjoncture liée à une expansion économique, à des prises de positions politiques ou à des crises viticoles, que nous aimerions souligner. Cet axe pourrait se construire autour des points suivants :

-La naissance de l’oenologie et de son enseignement.

– La création d’institutions d’enseignement viticoles.

– Vin et bibliothèques (scolaires, universitaires).

– Le patrimoine historico-éducatif : les objets de la vigne et du vin à l’école.

– Paysages viticoles et enseignement.

– Vignes, vin développement durable et éducation à la biodiversité.

– L’art, l’école et le vin.

– Littérature, philosophie, formation et vin.

– Vin éducation et culture numérique.

2. vin, apprentissages et transmission des savoirs et savoir-faire

Travailler pour le vin implique le passage de gestes empiriques appris sur le tas, des connaissances plus codifiées qui se structurent au XVIIIe siècle mais surtout au XIXe siècle sous l’impulsion des élites. Si la transmission des savoirs se fait à travers les traités, les manuels, les élites, à l’instar du baron de Rothschild à Pauillac ou du marquis de Lur Saluces en Sauternais, ont su investir dans la création d’écoles, permettant de donner un niveau scolaire suffisant aux jeunes ouvriers agricoles de la fin du XIXe siècle. Cet axe pourrait nous conduire à nous interroger sur les points suivants : cet investissement des élites existe-t-il au même moment dans d’autres régions viticoles du monde ? De quelle forme d’apprentissage et de savoir-faire ce type d’enseignement relève-t-il ?

– Apprentissage des métiers du vin dans les voies professionnelles

– Disciplines scolaires et vin

– La question viti-vinicole à travers les manuels scolaires : écrire pour enseigner le vin.

– La formation des maîtres.

– La transmission des savoirs et des savoir-faire.

– Comment le peintre ou l’artiste représente-il le vin à l’école ?

3. vin, santé et milieu scolaire

Au XIXe siècle, avec le développement des réglementations et l’essor de l’hygiénisme, on se rend compte des méfaits de l’alcool. Les pouvoirs publics prennent alors conscience, et c’est toujours le cas aujourd’hui, que l’École peut et doit constituer un relais important. Ainsi, le litron de rouge aux mains des enfants, encore présent dans les peintures et les photos du début du XXe siècle, disparaît très lentement du panier repas des élèves. La lutte contre l’alcoolisme devient une thématique abordée par l’instituteur chargé de former le citoyen averti. Il serait intéressant ici d’étudier cette thématique sur la longue durée autour des approches suivantes :

– Vin, enfances et transmission.

– École et lutte contre l’alcoolisme.

– La législation scolaire et le vin.

– Quelle pédagogie pour la santé ?

– Vin et jeunesse : socialisation ou marginalisation ?

– Vin, addiction, représentations.

– Pratiques éducatives et cultures du vin.

Envoi des propositions de communication : du 15 octobre 2019 au 31 janvier 2020 à l’adresse suivante :

Réponse aux propositions de communication : en avril /mai 2020
Envoi du texte définitif : octobre 2020

L’expérience Vrocho à Nice.

Parution de la nouvelle publication de Xavier Riondet, “L’expérience Vrocho à Nice. Controverses et résistances du quotidien au coeur de l’évolution des normes”, Rouen : PUR, 2019.

 Cette étude porte sur la réception d’une expérience corporelle que le thérapeute naturiste grec Vrocho initia en France dans les milieux naturistes et pédagogiques des années 1930. Cet ouvrage revient sur les répercussions philosophiques, pédagogiques et politiques de l’aventure collective qui prit forme autour de ce personnage à proximité des célèbres pédagogues Élise Freinet, Célestin Freinet et Adolphe Ferrière. Cette promenade permettra aux lecteurs de se confronter à la profondeur et à la complexité de la question des pratiques tout en observant la longue et incertaine lutte à l’oeuvre dans les champs scientifiques et à l’extérieur pour faire évoluer les normes, qu’elles soient sociales, pédagogiques ou médicales. 

„Schulen auf besonnter Höhe“. Gründung und Entwicklung von alpinen Mittelschulen in der Schweiz von 1875 bis 1950

Parution de la nouvelle publication de Peter Metz, „Schulen auf besonnter Höhe“. Gründung und Entwicklung von alpinen Mittelschulen in der Schweiz von 1875 bis 1950, Chur: Tardis, 2019.

Ab 1875 sind im alpinen Raum der Schweiz zahlreiche private Schulen mit progymnasialem und gymnasialem Bildungsangebot entstanden. Sie wurden von einer internationalen sowie nationalen Schülerschaft besucht. Voraussetzung und Ansporn dieser Schulgründungen waren die verkehrs­mässige Erschliessung, der aufkommende Tourismus und die Entdeckung des gesundheitsför­dernden Höhenklimas der Alpen. Damit konstituierte sich im historischen und systemischen Anschluss an die Volksschulstufe und in Ergänzung zu kon­fessionellen Mittelschulen ein nachobligatorischer Bildungs­raum mit privaten Mittelschulen. Mit Hilfe von Literatur zur Entwicklungsgeschichte der Alpenerschliessung und unter Bezugnahme zur Geschichte von Medizin, Sport und Touris­mus wird die bisherige Bildungsgeschichte um eine interessante Facette, die Konstitution eines vollschulischen privaten Bildungsangebots im alpinen Raum der Schweiz, erweitert. Die Studie untersucht 16 ausgewählte private Mittelschulen aus allen drei Landesteilen der Schweiz.

Lien vers la maison d’édition

Monografie zu “Schule und Zivilreligion” erschienen

Rahel Katzensteins Dissertation “Schule und Zivilreligion. Die Diskussion über den schulischen Religionsunterricht im Kanton Zürich 1872 und 2004” ist im Chronos Verlag erschienen.

“Die öffentliche Schule kann die Gemüter erhitzen, die Erwartungen an sie sind vielfältig und hoch gespannt: neben grundlegenden Kulturtechniken wie Lesen, Schreiben, Rechnen sollen unter anderem Gesundheitsvorsorge, Gewaltprävention, der Umgang mit neuen Informationstechnologien, mit Sexualität und Geld gelehrt werden. Seit die öffentliche Schule nicht mehr unter kirchlicher, sondern unter staatlicher Aufsicht steht, werden auch zivilreligiös aufgeladene Erwartungen an sie herangetragen.
Doch strebt, wer von einer pluralistischen Gesellschaft spricht, wirklich einen weltanschaulich-religiös-kulturellen Pluralismus an oder wird nur einer oberflächlichen Vielfalt das Wort geredet, weil dann die eigene Prägung nicht grundlegend infrage gestellt werden muss? Die Analyse zweier Diskussionen um den schulischen Religionsunterricht im Kanton Zürich 1872 und 2004 geht dieser Frage nach, schildert die Vor- und Nachgeschichte der Ereignisse und ordnet die Auseinandersetzungen im Spannungsfeld von Religionsfreiheit und dem Streben nach gesellschaftlichem Zusammenhalt in den jeweiligen gesellschaftlichen und politischen Kontext ein.”

Publication: Apprendre l’arithmétique dans les manuels scolaires au XIXe siècle

Valérie Legros (2019), Apprendre l’arithmétique dans les manuels scolaires au XIXe siècle, PULIM : Limoges cedex.

“Une préoccupation d’Etat pour l’enseignement primaire apparaît vraiment au moment de la Révolution française. Dès cette période, l’enseignement du « compter », du calcul devient une question prioritaire à côté de celui de lire et écrire. Les écoles primaires, créées avec la loi Guizot (1833), sont le lieu de l’enseignement du calcul pour des générations de jeunes français. Toutefois pendant le XIXe siècle, la réflexion pédagogique est balbutiante. Des pédagogues commencent à s’intéresser à l’enseignement scolaire ; Des auteurs vont s’essayer à la composition de manuels scolaires utiles pour les élèves et les maîtres d’écoles primaires. L’évolution formelle de ces livres est manifeste au fil du XIXe siècle.  La présente recherche s’appuie sur l’analyse de plusieurs dizaines de manuels scolaires d’arithmétique publiés avant les lois scolaires de la Troisième République ; Une méthode pédagogique s’y affirme, utilisée par la très grande majorité des auteurs, une méthode procédurale qui associe un petit nombre d’énoncés théoriques qu’il faut apprendre par coeur et beaucoup de règles pratiques pour apprendre les nombres, pour calculer des opérations, pour faire des exercices ou résoudre des problèmes en grand nombre. Cette méthode procédurale insiste sur la nécessité de « faire » : faire des opérations, faire des exercices pour apprendre l’arithmétique.”