Penser la justice sociale en éducation : entre réflexion critique et engagement professionnel

Appel à contribution pour le numéro thématique (Vol.11 (1), 2021) de la revue scientifique L’éducation en débats : analyse comparée. Éditrices : Myriam Radhouane (Université de Genève) & Stéphanie Bauer (Haute École Pédagogique du canton de Vaud).

Récemment, la question de la justice sociale semble prendre une place plus visible dans les débats sociaux, notamment en résonance aux différents mouvements citoyens dénonçant le racisme et le sexisme, mais aussi d’autres injustices sociales. Initialement porté par des voix anglo-saxonnes, qui le discutent depuis plusieurs décennies, le concept est aujourd’hui bien présent dans les discours francophones, où sa résonance avec les notions d’égalité, d’inégalités et de discriminations nourrit le débat scientifique et social. En particulier, les discussions à propos de l’évolution du concept permettent une réflexion sur le monde, sur les interactions interindividuelles, intergroupales, sur les interdépendances qui structurent notre environnement (social, politique et économique), mais aussi sur nos conceptions de l’éducation, de ses finalités et de son fonctionnement. La question éducative cristallise en effet les enjeux de justice soulevés par la scolarisation et la distribution des élèves dans l’institution éducative (Dubet, 2018). Pour ces raisons, il nous semble important d’interroger le concept de justice sociale dans ce numéro de Education en débat, de sa théorisation à son application sur les terrains scolaire et socio-éducatif.

Développé à partir des travaux de Rawls (1972), et de la théorie sociale critique notamment Fraser (2005 ; 2009) et Young (1990 ; 2002), le concept de justice sociale peut être compris comme un processus, mais également comme un objectif (Bell, 2007). Cela signifie que la justice est à la fois un paradigme dans lequel ancrer son action, mais aussi le but vers lequel cette action doit justement tendre. A cet égard, le concept de justice sociale met en évidence l’enjeu crucial de participation de l’ensemble des groupes, a fortiori des groupes minorisés, à la vie sociale et citoyenne. Il ne s’agit pas seulement d’une question d’accès aux ressources amenant ainsi la réflexion plus loin que le seul principe de redistribution, ou de reconnaissance, mais également de pouvoir d’agir ou d’empowerment (Fraser, 2005). Dans le domaine de l’éducation, le concept de justice sociale peut donc permettre d’éclairer les rapports de pouvoir structurant l’agir scolaire de même que la formation des élèves à un monde plus juste. En effet, en termes d’analyse critique des rapports de pouvoir, la justice sociale implique une remise en cause de toute forme de domination institutionnalisée et des mécanismes de reproduction des inégalités (Grant & Gibson, 2013 ; Dubet, 2018). Ensuite, au regard de théories telles que l’enseignement culturellement pertinent (Ladson-Billings, 1995), la justice sociale en éducation peut se traduire dans les pratiques et postures pédagogiques (voir par exemple Woodley, Hernandez, Parra & Negash, 2017 ; Trudel, Oliveira & Mathieu, 2018) et ainsi participer à la formation critique des élèves et au développement de leur engagement social (Ladson-Billings, 1995 ; Gay, 2010).

La justice sociale permet donc d’interroger la responsabilité de l’école et de la société dans la construction des espaces de décision et de liberté. Ce concept, en visant à rendre l’individu « acteur-trice » de ses propres décisions ou pour reprendre les termes de Fraser (2004) «partenaires à part entière dans l’interaction sociale » (p.158), fait ainsi écho aux approches critiques et antiracistes (Ladson-Billings & Tate, 2006 : Gillborn, 2006), à l’approche des capabilités d’Amarty Sen (Sen, 2000), à la pédagogie Freirienne (Freire, 2006 ; 1983) et également au développement du paradigme inclusif (Prud’Homme, Vienneau, Ramel, & Rousseau, 2011). La notion de transformation sociale se trouve donc au coeur du paradigme de justice sociale et se répercute sur son développement en contexte éducatif.

Toutefois, malgré sa fécondité pour analyser le monde éducatif, le concept de justice sociale n’est pas dénué d’ambiguïtés, de flou conceptuel et d’usage excessif (Boylan & Woolsey, 2015; McDonald & Zeichner, 2009). De plus, les enjeux identitaires qui émergent dans le débat sur la justice sociale ne sont pas exempts des biais liés à la catégorisation des individus. En effet, la mise en visibilité de différents groupes impose leur dénomination, ceci impliquant une crainte déjà bien documentée de réification (Sleeter & Grant, 2009). Se pose également la question des rapports entre les différents marqueurs identitaires et le risque de la réduction de la réalité que propose une logique unique de lecture ; c’est pourquoi, il est intéressant de croiser les appartenances, et ainsi de penser la justice sociale de manière intersectionnelle (Gillborn, 2015).

En tenant compte des intérêts que peut représenter la réflexion sur la justice sociale en éducation, mais également de ses travers, ce numéro de la revue Education en débat, propose aux auteur-e-s de s’interroger sur les manières dont la justice sociale peut prendre place dans la réflexion théorique comme dans les pratiques de terrain.

Les communications attendues peuvent s’inscrire dans l’un des trois axes ci-dessous :

1. Définitions, enjeux conceptuels et épistémologiques : la première partie du numéro offrira aux auteur-e-s l’opportunité de s’interroger sur le concept de justice sociale, ses fondements théoriques, son histoire tant ancienne que contemporaine et sa résonance dans le monde actuel. Les auteur-e-s sont alors invité-e-s à mettre en discussion les liens théoriques, et leurs limites, entre les cadres mobilisés en sciences de l’éducation et les différents développements du concept de justice sociale.

2. Mise en oeuvre de la justice sociale en éducation : la seconde partie du numéro relèvera d’un volet empirique et cherchera à documenter des pratiques du monde scolaire, pouvant se revendiquer d’une approche ancrée dans le prisme de la justice sociale. Les auteur-e-s sont ainsi invité-e-s à rendre compte de pratiques, de projets, de posture des professionnel-le-s de l’éducation relevant du champ de la justice sociale, qui la mettent en pratique et/ou qui en montrent ses limites. Les tensions et bénéfices pour le système éducatif peuvent être interrogées.

3. La justice sociale en éducation… au-delà de l’école : Dans une dernière partie, nous invitons les auteur-e-s à interroger le développement de la justice sociale dans des champs éducatifs hors sphère scolaire (travail social, socio-éducatif, formation d’adultes, …). Les articles interrogeront les enjeux sociétaux et éducatifs relatifs à ces cadres, qu’ils s’expriment dans une perspective théorique et/ou empirique.

Processus de publication

Les auteur.e.s sont invité.e.s à suivre le calendrier ci-dessous. Les abstracts envoyés devront rendre explicites les apports de l’article pour le numéro ; ils seront évalués par les éditrices. Les articles subiront un processus d’évaluation à l’aveugle par les pairs qui définira leur Acceptation sans modification, Acceptation sous-réserve de modifications mineures, Acceptation sous-réserve de modifications majeures, ou leur refus.

Plus d’informations sur le processus de publication sont disponibles sur le site de la revue : https://www.unige.ch/fapse/erdie/revue-electronique/
Consignes aux auteurs : https://www.unige.ch/fapse/erdie/revue-electronique/auteurs/

Calendrier (sous réserve de modifications)
15 octobre : Abstract de 700 mots à transmettre à ;
15 novembre : Réponses aux auteur-e-s quant à la recevabilité de l’abstract ;
28 février : Reddition de l’article ;
1er mai : Évaluation par les pairs et réponses aux auteur-e-s ;
Automne-hiver 2021 (la date sera définie en fonction des retours des articles revus après évaluation) : Publication du numéro.

Bibliographie

Bell, L. A. (2007). Theoretical foundations for Social Justice Education. In M. Adams, L. A. Bell, & P. Griffin (Dir.), Teaching for diversity and social justice (2nd ed., pp. 1-14). New York: Routledge.

Boylan, M., & Woolsey, I. (2015). Teacher education for social justice: Mapping identity spaces. Teaching and Teacher Education, 46, 62-71. doi:10.1016/j.tate.2014.10.007

Crenshaw, K. (1991). Mapping the margins: Intersectionality, identity, politics, and violence against women of color. Standford Law Review, 43(6), 1241-1299.

Dubet, F. (2018). Inégalités scolaire. Dans P. Savidan (Dir.) Dictionnaire des inégalités et de la justice sociale (pp. 758-764). Paris : Presses Universitaires de France.

Fraser, N. (2004). Justice sociale, redistribution et reconnaissance. Revue du MAUSS, 1(23), 152-164.

Fraser, N. (2005). Qu’est-ce que la justice sociale? Reconnaissance et redistribution. Paris: Editions la découverte.

Fraser, N. (2009). Scales of justice: Reimagining political space in a globalizing world. New York: Columbia University Press.

Freire, P. (1983). Pédagogie des opprimés suivi de Conscientisation et révolution. Paris: La découverte / Maspero.

Freire, P. (2006). Pédagogie de l’autonomie. Toulouse: Erès.

Gay, G. (2010). Culturally responsive teaching: theory, research and practice (2nd ed.). New York: Teachers College Press.

Gillborn, D. (2006). Critical race theory and education: Racism and anti-racism in educational theory and praxis. Discourse: studies in the cultural politics of education, 27(1), 11-32.

Grant, C. A., & Gibson, M. L. (2013). “The path of social justice”: A Human Rights History of Social Justice Education. Equity & Excellence in Education, 46(1), 81-99. doi:10.1080/10665684.2012.750190

Ladson-Billings, G. (1995). But that’s just good teaching! The case for culturally relevant pedagogy. Theory into practice, 34(3), 159-165.

Ladson-Billings, G., & Tate, W. F. (2006). Toward a critical race theory of education. In A. Dixson & C. Rousseau (Dir.), Critical race theory in education: All God’s children got a song (pp. 11-30). New York, London: Routledge.

McDonald, M., & Zeichner, K. M. (2009). Social Justice Teacher Education. In W. Ayers, T. Quinn, & D. Stovall (Dir.), Handbook of social justice in education (pp. 595-610). London: Routledge.

Prud’Homme, L., Duchesne, H., Bonvin, P., & Vienneau, R. (2016). L’inclusion scolaire: ses fondements, ses acteurs et ses pratiques. Bruxelles: De Boeck Superieur.

Rawls, J. (1972). A theory of justice. Oxford: Oxford University Press.

Sen, A. (2000). Repenser l’inégalité. Paris: Seuil.

Sleeter, C. E., & Grant, C. A. (2009). Making choices for multicultural education: five approaches to race, class and gender (6th ed.). New York: Wiley.

Trudel, M., Oliveira, A. d., & Mathieu, É. (2018). L’apport de l’art actuel au dialogue interculturel : proposition d’une approche d’appréciation en classe d’arts plastiques. Education et francophonie, 46(2), 109-124.

Woodley, X., Hernandez, C., Parra, J., & Negash, B. (2017). Celebrating difference: best practices in culturally responsive teaching online. TechTrends, (61), 470-478.

Young, I. M. (1990). Social movements and the politics of difference. Princeton, NJ: Princeton University Press.

Young, I. M. (1999). State, Civil Society, and Social Justice. In I. Shapiro & C. Hacker-Cordon (Dir.), Democracy’s value (pp. 141-162). Cambridge: Cambridge University Press.

Neue Ideen und reflexive Zugänge zu Gregor Girard und zur Bildungsgeschichte in der Schweiz

Questo articolo è disponibile in Tedesco e Francese. Per ragioni di convenienza del visitatore, il contenuto è mostrato sotto nella lingua principale di questo sito. Puoi cliccare su uno dei links per cambiare la lingua del sito in un’altra lingua disponibile.

Call for papers ” Neue Ideen und reflexive Zugänge zu Gregor Girard und zur Bildungsgeschichte in der Schweiz”.

Die Literatur, die Gregor Girard (1765-1850) seit mehr als zwei Jahrhunderten gewidmet ist, ist besonders umfangreich und sowohl der Werdegang als auch das Werk dieses Wissenschaftlers scheinen gut erforscht. Es wäre jedoch bedauerlich, es dabei zu belassen, da viele Archivdokumente (Korrespondenz, verschiedene Schriften usw.) noch auf ihre Bearbeitung warten. Darüber hinaus macht die Geschichtsschreibung Fortschritte und hat in den letzten Jahren effiziente Werkzeuge entwickelt, die es ermöglichen, die Forschung zu Girard neu zu bewerten oder zu problematisieren.

Vor diesem Hintergrund organisiert der Forschungskreis Gregor Girard am Samstag, 17. April 2021 ein Symposium, um eine Bestandsaufnahme von Girards Studien zu ziehen und neue Fragen zur Bildungsgeschichte in der Schweiz aufzuwerfen. Diese Veranstaltung soll insbesondere Originaluntersuchungen fördern und neue Forschungsprojekte eröffnen.

Dieses Symposium nimmt eine besondere Form an – ein wenig anders als ein Kolloquium – mit der Präsentation einer These oder Hypothese, eines Positionspapiers oder einer originellen Fragestellung zum philosophischen, theologischen, wirtschaftlichen, architektonischen, pädagogischen und wissenschaftlichen Werk von Pater Girard in maximal 15 Minuten. In dieser Perspektive werden die folgenden Inhalte besonders geschätzt:

• eine Lesart, die es erlaubt, Girards Werk oder seinen Werdegang auf eine neue originelle oder problematisierende Weise zu befragen;

• eine erneute Lektüre / Neuinterpretation ausgehend von einer kaum bekannten oder noch unbekannten Originalquelle;

• eine Stellungnahme, die eine neue Sicht eröffnet oder eine vorgefasste Idee in Frage stellt;

• jedes Element, das einen Aspekt neu bewertet, Girard oder auch die Bildungsgeschichte der Schweiz im 18. und 19. Jahrhundert neu zu beleuchten.

Vorschläge im Umfang von maximal 400 Wörtern, denen ein kurzer Lebenslauf beigefügt ist, sind bis zum 1. November 2020 an folgende Adresse zu senden: . Sie werden bis zum 11. Januar 2021 eine Antwort erhalten. Die Sprachen des Symposiums sind französisch, deutsch und englisch. Die Beiträge werden voraussichtlich in einer noch zu definierenden Form im Umfang von max. 25’000 Zeichen (APA Standards) veröffentlicht.

www.cerclegregoiregirard.ch

Assemblea generale

Care colleghe, cari colleghi

poiché il Congresso della SSRE/SGBE quest’anno si svolgerà virtualmente, il Gruppo di lavoro Storia dell’educazione SSRE/SGBE ha deciso di rinviare la sua Assemblea Generale al Congresso che si terrà nel 2021.

Cordialmente, Karin Manz

Le temps des jolies colonies de vacances Au cœur de la construction d’un service public, 1944-1960.

Nouvelle parution : Julien Fuchs, Le temps des jolies colonies de vacances. Au cœur de la construction d’un service public, 1944-1960.

Entre 1944 et 1960, les colonies de vacances deviennent en France un phénomène social majeur, concernant des centaines de milliers d’enfants et d’adolescents. Soucieux d’accompagner l’expansion de ces structures nées d’initiatives privées, l’État bâtit à leur encontre une politique spécifique et leur dédie une administration. Autour de la figure d’Étienne Bécart, celle-ci est en charge de règlementer le secteur, d’organiser son subventionnement, de structurer un système d’inspection et d’impulser une orientation pédagogique en s’intéressant notamment à la formation des cadres. Basé sur les archives de la Direction générale de la Jeunesse et des Sports, mais aussi sur des sources audiovisuelles originales, ce livre montre comment un service public des colonies se construit en prenant appui notamment, mais sans exclusivité, sur l’univers laïc, et en confrontant ses intentions généreuses à d’incontournables limites dans cette société française de la IVe République.

Site de l’éditeur

Construire la paix par l’éducation : réseaux et mouvements internationaux au XXe siècle

Rita Hofstetter, Joëlle Droux, Michel Christian (éds.), Construire la paix par l’éducation : réseaux et mouvements internationaux au XXe siècle. Genève au cœur d’une utopie. Neuchâtel : Editions Alphil.

Le 2 juin 1913 s’ouvre à Paris le xe Congrès international des femmes qui débouche sur un souhait : « Que les femmes s’initient au pacifisme, suprême affirmation
du droit humain, et qu’elles s’en inspirent dans l’éducation des enfants. » On ne saurait mieux dire le lien étroit qui unit déjà combat pacifiste et enjeux éducatifs à la veille de la Première Guerre mondiale.
Cet ouvrage met précisément en lumière la façon dont les terrains éducatifs ont été traversés au fil du XXe siècle par une diversité de causes transnationales portées par la conviction que la paix se construit par l’éducation. À l’épicentre de ces réseaux, un lieu qui est bien plus qu’une ville : Genève, modeste cité lémanique qui se transforme à partir de 1919 en une véritable ruche internationaliste avec l’arrivée des premières grandes organisations internationales chargées de bâtir un nouvel ordre mondial.
L’ouvrage montre le rôle conféré à l’éducation afin de favoriser cette solidarité universelle et de faire circuler en Europe et dans le monde ces valeurs pacifistes qui nourrissent l’« esprit de Genève ». Les contributions dévoilent la diversité des acteurs individuels (pédagogues, psychologues, médecins, politiciens) et collectifs (réseaux scientifiques, mouvements associatifs et militants) engagés dans cette dynamique réformiste, et cela bien au-delà de l’entre-deux-guerres. Elles donnent à voir la richesse des initiatives alimentant cet élan pacifiste auprès des jeunes, entre les mains desquels se jouerait le devenir de la démocratie et de l’humanité. Les auteurs examinent aussi les controverses, les tensions et les concurrences qui entourent ces élans internationalistes. En mettant au jour les tribulations et les transformations de ces projets réformistes dans le temps et l’espace, l’ouvrage propose de nouveaux éclairages sur la genèse transnationale des politiques éducatives contemporaines.

Table des matières

Internationalism(s) and Education during the Cold War. Actors, Rivalries and Circulations. International Conference

Call for papers Internationalism(s) and Education during the Cold War. Actors, Rivalries and Circulations. International Conference, University of Lausanne, 24-25 June 2021.

In the wake of the recent transnational and global turn in historical research, several studies have focused on the history of internationalisms in the 19th and 20th centuries. One of the pioneers of reflection in this field, Akira Iriye, provides a very broad definition of this concept, including any activity aimed at promoting international cooperation (Cultural Internationalism, 1997). Accordingly, “internationalism” can refer both to the expression of an ideal and to a practice rooted in a multitude of fields, thus responding to a wide variety of motivations. Education is certainly a fertile ground that can help us come to grips with the actors, scope, and occasional contrasting logics of this phenomenon. Several researchers have traced its history from its emergence in the 19th century to its institutionalization in the first half of the 20th century. However, not much research has been focused on educational internationalism, as it developed during the Cold War. Yet, this period provides an exceptional framework for understanding the evolution and metamorphosis of the processes of internationalization of knowledge and educational practices, whether in the school sphere or in the extra-curricular environment. Driven by a multitude of national, international, and imperial actors, these are articulated through the ideological confrontation between the blocs of the East and the West, but also through the challenges posed by European integration, decolonization, the emergence of “third worldism” and the attempts to regulate international relations (maintenance of peace and security, etc.). Therefore, the aim of this conference is to lay the foundations for a global history of educational internationalism, tracing its forms, its trajectories (North-South, East-West, South-South), as well as its impact on the political framework and the balance of power determined by the “global Cold War”. On the one hand, our ambition is to deepen and to extend recent historiographical reflections which highlighted the porosity of the “Iron Curtain”, the ambiguities of the processes of “Americanization” and “Sovietization” of Western societies as well as the interactions between the two blocs and the countries of Africa, Asia and Latin America. On the other hand, this meeting also aims at (re)introducing the European paradigm as a key issue in the history of the second half of the 20th century. We want to bring together contributions from junior or confirmed researchers around three main lines of research:

1. “Cold War warriors”? The actors of internationalisms in education

Be they state or non-state actors, international governmental or non-governmental organizations, faith-based, professional, political or activist groups, or youth organizations, philanthropic organizations, missionaries or networks of experts, it is first of all necessary to investigate the role of these actors as transmission belts of practices, values and internationalist standards. This will involve examining their ambitions, revealing their operation, their networking and their occasional surprising links and connections. This first line of research therefore aims to better understand the different manifestations of internationalism, to bring out the various nerve centers where it unfolds and to emphasize the variety of impulses that underlie it (communism, anti-communism, europeanism, pacifism/humanism, liberalism, post-imperialism, etc.).

2. Internationalist educational models and paradigms

What are the educational models and paradigms that are at the heart of internationalist campaigns? To what extent are the different internationalist educational conceptions promoted defined in terms of and in response to other models? How can they coexist, compete or contradict national standards, for example? This second line of research aims to explore differences, but also intersections, entanglements and ideological compromises between different forms of internationalism. It will also examine how the phenomena of transfer, circulation and hybridization have shaped the various school policies put in place from an internationalist perspective (education for peace, human rights, international understanding, Europe, etc.).

3. The instruments, practices, and outcomes of educational internationalisms

What are the instruments and educational materials that can promote circulations and thus make internationalist ambitions a reality? The revision of textbooks, the establishment of international meetings, school and student exchanges; the organization of twinnings, study trips, and school exhibitions; as well as the implementation of development aid policies in countries of the “Global South”, are all strategies developed by the actors invested in promoting educational internationalism and/or internationalist principles. The objective of this third line of research is therefore to confront ourselves with the reality of internationalist initiatives in order to assess not only the outcomes, but also the resistance they encounter.

The working languages of the conference will be French and English. Communications expressed in one language will have to be supported and augmented by a simultaneous digital presentation in the other language. The papers of the communications (approximately 6,000 words) will be submitted a few weeks before the start of the event.
A collective publication (in English and/or French) is planned.

Keynote lectures will be provided by Rita Hofstetter and Joëlle Droux (University of Geneva), as well as by Giles Scott-Smith (Leiden University).

The transport and accommodation of participants will be taken care of, fully or partially, depending on the results of the grant applications. Priority will be given to young researchers.

Submission terms and schedule

September 15, 2020: Please send proposals to the following addresses: ,
Abstracts (300 words max. in word or pdf files) will include a title, a specific issue, a bibliography (5 references max.) and a short bio-bibliographic notice (15 lines max.).

December 2020: Acceptance notifications after a selection process conducted with the help of members of the Scientific Committee.

June 11, 2021: Papers (6,000 words) will be shared amongst colleagues attending the conference.

June 24-25, 2021: International conference on the campus of the University of Lausanne.

September 15, 2021: Final version of the papers for publication.

Un importante fondo per la ricerca storico-educativa è arrivato a Locarno

Il laboratorio Ricerca storico-educativa, documentazione, conservazione e digitalizzazione (RDCD) della SUPSI ha appena ricevuto un’importante donazione. Norberto Bottani, dal 1977 al 1997 Amministratore generale del Centre for Educational Research dell’OCSE, poi dal fino al 2005 direttore del Service Service de la recherche en éducation (SRED) del Cantone di Ginevra, ci ha affidato il suo archivio professionale e personale. Di circa 10.000 documenti, il fondo offre numerose informazioni per lo studio delle politiche educative internazionali nell’ultimo quarto del Novecento, in particolare per quanto concerne il ruolo dell’OCSE e le politiche di monitoraggio dei sistemi educativi. Contiene inoltre documentazioni minori ma non prive di interesse, come ad esempio sugli eventi accaduti nella scuola magistrale ticinese negli anni 1968-1969.Attualmente è in corso il processo di condizionamento e catalogazione del fondo. Il patrimonio librario del fondo è già catalogato nel catalogo NEBIS, i restanti materiali saranno da qui a qualche mese completamente disponibili e consultabili su richiesta presso la Biblioteca del Dipartimento Formazione e apprendimento. Per richiedere informazioni su questo importante fondo, ci si può rivolgere a 

Elèves et étudiants en révolte : contestations et régulations au sein de l’ordre scolaire et universitaire.

Élèves et étudiants en révolte : contestations et régulations au sein de l’ordre scolaire et universitaire.
Les Cahiers de Framespa. Nouveaux champs de l’histoire sociale, n° 32, 2019.
Ce numéro interroge les notions de contestation et de régulation dans le domaine de l’histoire de l’éducation. Ouvert aux spécialistes de toutes les périodes historiques, du Moyen- Âge jusqu’à l’époque contemporaine, il inscrit sa réflexion dans le temps long afin de rendre compte des continuités et des ruptures, des héritages et des renouvellements de la dialectique «régulation/contestation » dans le cadre d’une histoire sociale et culturelle du fait éducatif.

Lien

Tintenfass – Schweizerischer Preis für Bildungsgeschichte

Das Schulmuseum Bern verleiht jährlich einen Preis für einen hervorragenden schulgeschichtlichen, bildungsgeschichtlichen, erziehungsgeschichtlichen  Beitrag.


Tintenfass, der schweizerische Preis für Bildungsgeschichte, wird jeweils im Herbst im Schulmuseum Bern an einem öffentlichen Anlass verliehen.

Teilnehmen können Autorinnen und Autoren von Beiträgen mit einem historischen Blick auf Unterricht, Schule, Bildung oder Erziehung – als

-eingereichten wissenschaftlichen Text  (Seminar-, Bachelor-, Masterarbeit, Dissertation)
publizierten populären Text     (Broschüre, Buch, Artikelserie, Presseartikel).

Die Preissumme beträgt 500.- sFr.

Die Jury besteht aus
-Prof. em. Dr. phil. I habil Hans-Ulrich Grunder, Stiftungsrat Schulmuseum Bern
-Pia Lädrach, Geschäftsführerin Schulmuseum Bern
-Dr. Katharina Kellerhals, Bildungshistorikerin
-Prof. Dr. Andrea Schweizer, Stiftungsrätin Schulmuseum Bern, Leiterin Institut Sekundarstufe I, Pädagogische Hochschule Bern
Die Jury bearbeitet die Einsendungen in einem anonymisierten Verfahren. Sie trifft ihren Entscheid in nicht-öffentlichen Sitzungen und führt keine Korrespondenz darüber.

Der Einsendeschluss für Tintenfass 2020 ist der 31.8.2020.

Senden Sie Ihren Text als pdf-Dokument (per mail) und als Printversion (per Post) an

Pia Lädrach
Geschäftsführerin Schulmuseum Bern
Muhlernstrasse 9, CH-3098 Köniz
()

L’expérience Vrocho à Nice.

Parution de la nouvelle publication de Xavier Riondet, “L’expérience Vrocho à Nice. Controverses et résistances du quotidien au coeur de l’évolution des normes”, Rouen : PUR, 2019.

 Cette étude porte sur la réception d’une expérience corporelle que le thérapeute naturiste grec Vrocho initia en France dans les milieux naturistes et pédagogiques des années 1930. Cet ouvrage revient sur les répercussions philosophiques, pédagogiques et politiques de l’aventure collective qui prit forme autour de ce personnage à proximité des célèbres pédagogues Élise Freinet, Célestin Freinet et Adolphe Ferrière. Cette promenade permettra aux lecteurs de se confronter à la profondeur et à la complexité de la question des pratiques tout en observant la longue et incertaine lutte à l’oeuvre dans les champs scientifiques et à l’extérieur pour faire évoluer les normes, qu’elles soient sociales, pédagogiques ou médicales. 

„Schulen auf besonnter Höhe“. Gründung und Entwicklung von alpinen Mittelschulen in der Schweiz von 1875 bis 1950

Parution de la nouvelle publication de Peter Metz, „Schulen auf besonnter Höhe“. Gründung und Entwicklung von alpinen Mittelschulen in der Schweiz von 1875 bis 1950, Chur: Tardis, 2019.

Ab 1875 sind im alpinen Raum der Schweiz zahlreiche private Schulen mit progymnasialem und gymnasialem Bildungsangebot entstanden. Sie wurden von einer internationalen sowie nationalen Schülerschaft besucht. Voraussetzung und Ansporn dieser Schulgründungen waren die verkehrs­mässige Erschliessung, der aufkommende Tourismus und die Entdeckung des gesundheitsför­dernden Höhenklimas der Alpen. Damit konstituierte sich im historischen und systemischen Anschluss an die Volksschulstufe und in Ergänzung zu kon­fessionellen Mittelschulen ein nachobligatorischer Bildungs­raum mit privaten Mittelschulen. Mit Hilfe von Literatur zur Entwicklungsgeschichte der Alpenerschliessung und unter Bezugnahme zur Geschichte von Medizin, Sport und Touris­mus wird die bisherige Bildungsgeschichte um eine interessante Facette, die Konstitution eines vollschulischen privaten Bildungsangebots im alpinen Raum der Schweiz, erweitert. Die Studie untersucht 16 ausgewählte private Mittelschulen aus allen drei Landesteilen der Schweiz.

Lien vers la maison d’édition

Publication: Apprendre l’arithmétique dans les manuels scolaires au XIXe siècle

Valérie Legros (2019), Apprendre l’arithmétique dans les manuels scolaires au XIXe siècle, PULIM : Limoges cedex.

“Une préoccupation d’Etat pour l’enseignement primaire apparaît vraiment au moment de la Révolution française. Dès cette période, l’enseignement du « compter », du calcul devient une question prioritaire à côté de celui de lire et écrire. Les écoles primaires, créées avec la loi Guizot (1833), sont le lieu de l’enseignement du calcul pour des générations de jeunes français. Toutefois pendant le XIXe siècle, la réflexion pédagogique est balbutiante. Des pédagogues commencent à s’intéresser à l’enseignement scolaire ; Des auteurs vont s’essayer à la composition de manuels scolaires utiles pour les élèves et les maîtres d’écoles primaires. L’évolution formelle de ces livres est manifeste au fil du XIXe siècle.  La présente recherche s’appuie sur l’analyse de plusieurs dizaines de manuels scolaires d’arithmétique publiés avant les lois scolaires de la Troisième République ; Une méthode pédagogique s’y affirme, utilisée par la très grande majorité des auteurs, une méthode procédurale qui associe un petit nombre d’énoncés théoriques qu’il faut apprendre par coeur et beaucoup de règles pratiques pour apprendre les nombres, pour calculer des opérations, pour faire des exercices ou résoudre des problèmes en grand nombre. Cette méthode procédurale insiste sur la nécessité de « faire » : faire des opérations, faire des exercices pour apprendre l’arithmétique.”

Gruppo di Lavoro Storia dell’Educazione

La Società svizzera di ricerca in educazione SSRE (www.sgbf.ch), fondata nel 1975, fondata nel 1975, è affiliata all’Accademia svizzera delle scienze umane e sociali (ASSH) e all’Associazione europea di ricerca in educazione (EERA).

Il gruppo di lavoro Storia dell’educazione è uno degli gruppi di lavoro della Società svizzera di ricerca in educazione (SSRE).

In occasione dell’assemblea annuale della SSRE a Lucerna (2014) il gruppo si è costituito in associazione. I membri dell’associazione eleggono un bureau che gestisce gli affari correnti.

Tra gli obiettivi del gruppo di lavoro figurano la creazione di rapporti di rete tra specialisti della storia dell’educazione in Svizzera e all’estero e il lavoro scientifico di approfondimento e di eventi pubblici.

Gli statuti del gruppo si possono trovare qui: AGHB_SGBF_Statuten

Bureau

Dr. Ingrid Brühwiler

Prof. Dr. Patrick Bühler

Prof. Dr. Lucien Criblez

Prof. Dr. Claudia Crotti

Dr. Nathalie Dahn-Singh

Dr. Nadine Fink

Dr. Alexandre Fontaine

Prof. Dr. Norbert Grube

Dr. Marianne Helfenberger

Prof. Dr. Andreas Hoffmann-Ocon

Dr. Michèle Hofmann

Prof. Dr. Rita Hofstetter

Prof. Dr. Karin Manz (Präsidentin)

Dr. Giorgia Masoni 

Dr. Damiano Matasci

Dr. Danièle Périsset

Dr. Christina Rothen

Dr. Thomas Ruoss

Prof. Dr. Wolfgang Sahlfeld

Dr. Martin Viehhauser

Dr. Andrea De Vincenti

Contatti

Les membres du groupe de travail Recherche en histoire de l’éducation ainsi que toute personne intéressée sont invités à nous communiquer des activités dans le domaine de la recherche en histoire de l’éducation et à nous donner un retour d’information sur les contenus du site par mail à l’adresse suivante :

Le comité de rédaction vous répondra dans les plus brefs délais. Il est composé d’Ingrid Brühwiler, Alexandre Fontaine, Giorgia Masoni, Nathalie Dahn-Singh, Thomas Ruoss, Wolfgang Sahlfeld.

Registrazione

Partecipare al gruppo di lavoro?

Diventare un membro del gruppo di lavoro Storia dell’Educazione


(Deve essere di almeno 4 caratteri.) (raccomandazione: nome.cognome)
Inviamo l'e-mail di registrazione a questo indirizzo. (Doppia-controllare il vostro indirizzo e-mail prima di continuare.)

Strumenti di ricerca

Wissensportal zur Geschichte von Bildung und Erziehung / Plateforme sur l’évolution historique de la formation et de l’éducation / Portale sulla storia dell’educazione e della formazione

Société suisse pour la recherche en éducation / Società svizzera di ricerca in educazione / Schweizerische Gesellschaft für Bildungsforschung

International Standing Conference for the History of Education (ISCHE)

Deutschsprachige Plattform für digitale Ressourcen zur Bildungsgeschichte

Die Stapfer-Enquête, Edition der helvetischen Schulumfrage vom 1799

Storiascuola ticinese, Documenti di storia della scuola ticinese

Cercle d’études Grégoire Girard / Forschungskreis Gregor Girard (CE2G / FK2G)

Musée du patrimoine scolaire, Fondation Vaudoise du Patrimoine Scolaire

Educational Research and Educational Information (DIPF)

Infoclio, le portail suisse des sciences historiques 

Kommunikation und Fachinformation für die Geschichtswissenschaften

Clio online, Fachportal für Geschichtswissenschaften

Deutsche Gesellschaft für Erziehungswissenschaft (DGfE): Sektion Historische Bildungsforschung, Geschichtliche Aspekte von Erziehungswissenschaft

Schweden: Historische Bildungsforschung Nordische Historische Bildungsforschung mit Nordic Journal of Educational History 

Österreichische Gesellschaft für Historische Pädagogik und Schulgeschichte
Forschung und Vermittlung Historischer Pädagogik in Österreich

Education et savoirs en société

Nouvelle collection “Education et savoirs en société” dirigée par J. Barrier et K. Robinault.

Cette collection propose d’accueillir des travaux de recherche inédits sur l’éducation et, plus largement, sur l’élaboration, la circulation et la transmission de savoirs dans différents contextes sociaux, historiques et politiques. Sans négliger les phénomènes de pouvoir et de production d’inégalités, elle porte ainsi une attention particulière à la question des savoirs et des apprentissages. Ouverte sur l’ensemble des disciplines, elle envisage éducations et savoirs dans toute leur diversité. À ce titre, elle interrogera les dynamiques à l’œuvre aussi bien dans des institutions éducatives que dans d’autres espaces sociaux, comme la famille, les milieux associatifs ou le monde économique. Les ouvrages publiés, de préférence des monographies, s’adressent aux chercheurs, étudiants, formateurs et citoyens intéressés par les résultats de la recherche dans ce domaine.

ENS Editions

Fontaine Alexandre, Gillabert Matthieu & Hoenig Bianca (Ed.) (2019). “Die Schweiz – eine Kulturtransfergeschichte / La Suisse – une histoire de transferts culturels”. Traverse, Zeitschrift für Geschichte, 1, 216 p.

Die Schweiz stellt einen Raum intensiver kultureller Transfers dar. Wissen und Bezüge aus dem Ausland wurden aufgenommen, angeeignet und reinterpretiert, sei es im kantonalen, regionalen, lokalen oder nationalen Rahmen. Dieser Schwerpunkt der traverse setzt sich zum Ziel, die Rolle von kulturellen Importen und ausländischen Bezügen in der Schweiz genauer zu fassen. Anhand des schweizerischen Falls wird damit eine Relektüre des Kulturtransferkonzepts und seiner Methoden angestrebt.

La Suisse incarne un espace de transferts culturels qui a absorbé des savoirs et des références étrangères, non sans les réinterpréter afin de les ajuster dans ses propres contextes, qu’ils soient cantonaux, régionaux, locaux ou national. Ce numéro de traverse a pour objectif d’analyser les processus complexes d’absorptions, de transferts et de réinterprétations d’idées et de pratiques diverses. Ainsi, le numéro souhaite réinterroger la notion de transfert culturel et ses méthodes dans le cas helvétique.

Link

Une innovation pédagogique : le cas de l’enseignement mutuel au XIXe siècle

Sylviane Tinembart et Edward Pahud, Une innovation pédagogique : le cas de l’enseignement mutuel au XIXe siècle, Neuchâtel : Alphil, 2019.

Enseigner la lecture et l’écriture avec succès à mille enfants présents dans une même salle, cela pourrait passer aujourd’hui pour un pari fou et pourtant deux hommes l’ont imaginé et l’ont mis en pratique.
L’Écossais Andrew Bell et l’Anglais Joseph Lancaster se sont ainsi lancés à corps perdu dans l’expérience de l’enseignement mutuel au début du XIXe siècle. Ils proposent alors que des enfants enseignent à d’autres enfants.
Très rapidement, leurs écoles acquièrent une grande renommée d’abord en Grande-Bretagne, puis en France ; leur mode d’enseignement s’étend ensuite comme une trainée de poudre à travers l’Europe et le monde. Ils apportent ainsi une réponse aux problèmes des autorités scolaires de l’époque qui, faute de moyens financiers, peinent à former des enseignants et à concevoir les systèmes d’instruction publique.
La première partie de l’ouvrage retrace les origines, le développement et le déclin de ce mode d’enseignement et la seconde décrit l’organisation, les composantes et les variations de sa mise en oeuvre.
Ainsi, grâce à l’étude de cette innovation pédagogique du XIXe siècle, c’est un pan de l’histoire de l’école qui est remis en lumière.

Link