Groupe de travail Recherche en histoire de l’éducation

La Société suisse pour la recherche en éducation SSRE (www.ssre.ch) a été fondée en 1975 et est membre de l’Académie suisse des sciences humaines et sociales (ASSH) ainsi que de l’Association Européenne de Recherche en Education (EERA).

Le groupe de travail Recherche en histoire de l’éducation est l’un des groupes de travail de la Société suisse pour la recherche en éducation (SSRE).

Depuis l’Assemblée annuelle de la SSRE en 2014 à Lucerne, elle s’est constituée comme association. Les membres du groupe de travail élisent un bureau qui est responsable de la coordination des activités.

L’objectif du groupe de travail consiste à promouvoir la recherche en histoire de l’éducation et la valoriser auprès du grand public.

Les statutes du groupe peuvent être trouvés ici: AGHB_SGBF_Statuten

Bureau

Dr. Ingrid Brühwiler

Prof. Dr. Patrick Bühler

Prof. Dr. Lucien Criblez

Prof. Dr. Claudia Crotti

Dr. Nathalie Dahn-Singh

Dr. Nadine Fink

Dr. Alexandre Fontaine

Prof. Dr. Norbert Grube

Dr. Marianne Helfenberger

Prof. Dr. Andreas Hoffmann-Ocon

Dr. Michèle Hofmann

Prof. Dr. Rita Hofstetter

Prof. Dr. Karin Manz (Präsidentin)

Dr. Giorgia Masoni

Dr. Damiano Matasci

Dr. Danièle Périsset

Dr. Christina Rothen

Dr. Thomas Ruoss

Prof. Dr. Wolfgang Sahlfeld

Dr. Martin Viehhauser

Dr. Andrea De Vincenti

Colloque international « Quelle éducation à la citoyenneté pour quelle démocratie ? Perspectives transnationales du XIXe au XXIe siècle », Institut historique allemand (Paris), 1-3 avril 2020

Welche politische Bildung für welche Demokratie? Transnationale Perspektiven vom 19. bis 21. Jahrhundert › Call for papers auf Deutsch

What Citizenship Education for What Democracy? Transnational Perspectives from the 19th Century to the 21st › Call for papers in English

Quel citoyen et quelle citoyenne pour quelle démocratie ? Avec l’extension progressive du suffrage, dès lors que la politique ne se laissait plus penser sans le corps électoral, philosophes, politiques, pédagogues, activistes, citoyennes et citoyens, ont mis en discussion différentes approches de l’éducation à la citoyenneté. Dès la fin du xviiie siècle, leurs réflexions, du développement de « valeurs républicaines », d’une « culture politique démocratique » (« demokratische politische Kultur ») jusqu’à l’idée d’une émancipation « par le bas », se sont retrouvées aussi bien à l’école que dans les pratiques d’acteurs non-étatiques. En sciences humaines et sociales, ces apports théoriques et pratiques à la question de la citoyenneté sont le plus souvent construits comme des cas d’étude séparés, dans des contextes nationaux pensés comme cloisonnés. Ils sont pourtant traversés de questions récurrentes. Comment articuler l’individuel et le collectif ? Comment faire valoir l’éducation à la citoyenneté sans la prescrire ? S’agit-il de favoriser l’adhésion des citoyens au projet démocratique avec toutes ses imperfections, ou de rendre possible sa critique et, partant, l’émancipation politique ?

Avec l’objectif d’historiciser les diverses réponses à ce défi démocratique, le colloque réunira des spécialistes de différents pays et disciplines telles que l’histoire, la philosophie, les sciences de l’éducation, la science politique ou la sociologie. Il adoptera une perspective d’histoire sociale des idées politiques, de manière à questionner les évolutions des représentations de la démocratie et de la citoyenneté dans les discours et les pratiques sociales (Skornicki et Gaboriaux 2017). Les contributions pourront prendre en compte des sources aussi diverses que les réflexions d’intellectuels, du corps enseignant ou d’activistes, les programmes, manuels et pratiques des acteurs de l’éducation scolaire et non-scolaire, les productions et revendications d’élèves, les médias, les productions artistiques, etc. Au lieu de se concentrer uniquement sur les productions intellectuelles, il s’agira donc de mettre en relation les discours et pratiques de différents acteurs pour envisager la citoyenneté non seulement comme concept mais aussi comme mode d’action démocratique (Isin et Nielsen 2008). Le colloque proposera une approche d’histoire croisée en posant la question des différences et similarités, mais également des circulations et transferts entre contextes démocratiques, favorisés par des migrations et des moments de rencontre (Werner et Zimmermann 2003). Par ces approches, le colloque visera à dépasser les perspectives nationales, normatives et téléologiques souvent adoptées dans l’historiographie de l’éducation à la citoyenneté et de la démocratie.

Les communications pourront s’articuler sur les dimensions suivantes :

  • Les concepts de l’éducation à la citoyenneté : les contributions pourront réfléchir aux différentes approches de l’éducation à la citoyenneté, à commencer par ses diverses appellations dans le temps et dans l’espace (« instruction civique », « citizenship education », « staatsbürgerliche Bildung », etc.), ainsi qu’au déploiement, à la réception et à l’adaptation dans différents contextes des divers concepts, récits et mythes, symboles ou références culturelles dans l’éducation à la citoyenneté.
  • Les crises, ruptures et continuités : les contributions pourront s’intéresser aux mutations, ruptures et continuités des discours et pratiques de l’éducation à la citoyenneté dans des moments de crises sociales, de conflits, de bouleversements politiques (à l’instar des révolutions du long xixe siècle), d’élargissements du corps électoral ou de modification des systèmes éducatifs. Comment l’éducation à la citoyenneté s’inscrit-elle en amont de périodes de changement et quelle place peut-elle y trouver ? Comment évolue-t-elle à la suite de ruptures majeures ? Comment l’ambition de façonner un « nouveau » citoyen, une « nouvelle » citoyenne s’articule-t-elle aux récits concurrents sur le passé et aux politiques de mémoire ?
  • Les dynamiques d’inclusion et d’exclusion : le colloque s’intéressera aux lignes de distinction opérées par les acteurs de l’éducation à la citoyenneté au sein de la société, comme la classe sociale, l’âge et la génération, le genre, la nationalité, l’origine, la « race », la religion, les convictions politiques, etc. Les contributions pourront ainsi demander si et comment plusieurs conceptions de la citoyenneté coexistent selon différents types de publics, à qui est spécialement destinée l’éducation à la citoyenneté et avec quels objectifs différenciés, etc.
  • Les divergences de perspectives entre acteurs: pour dépasser un prisme stato-national, voire « scolaro-centré », les contributions mettront en relation les perspectives d’acteurs aussi divers que les autorités éducatives étatiques, les corps enseignants et leurs organisations syndicales, les organisations internationales, les acteurs de la société civile à tous niveaux (comme les partis politiques, les associations, les sociétés philanthropiques, les médias, les institutions religieuses, etc.), les citoyennes et citoyens, etc. Elles pourront se demander comment les uns et les autres renforcent ou contestent le rôle central pris par les acteurs étatiques dans l’éducation à la citoyenneté au cours du xixe siècle en fonction de leurs intérêts propres et de leurs positionnements politiques. Comment ces différents acteurs négocient-ils la tension entre, d’un côté, la dimension intrinsèquement politique de l’éducation à la citoyenneté, et, de l’autre, la revendication fréquente de son apolitisme ? Elles pourront également interroger le lien entre les cultures politiques, les pratiques de ces différents acteurs et leurs approches de l’éducation à la citoyenneté : ainsi, des salles de classe aux colonies de vacances en passant par l’espace public, quel rôle jouent les différents lieux et moyens mobilisés pour l’éducation à la citoyenneté ?
  • Les jeux d’échelles : en suivant une approche transnationale, le colloque explorera les jeux d’échelles dans les réflexions et pratiques des différents acteurs : pour quels espaces, pour quelles communautés imaginées l’éducation à la citoyenneté a-t-elle pu être conçue et mise en œuvre ? Quelle place est restée pour des formes de citoyenneté non-nationales (notamment locales) ? Sachant qu’elle est venue d’acteurs de plus en plus divers (des organisations internationales aux ONG), comment s’est articulée la réflexion pédagogique autour de formes de citoyennetés supranationales (« européennes », « globales », etc.) depuis la deuxième moitié du xxe siècle ? Comment s’articulent ces différentes échelles de la citoyenneté entre elles ?

Modalités de soumission

Les propositions de communication (titre, résumé de 3000 signes maximum, courte biographie) sont à envoyer d’ici le 31 octobre 2019 à l’adresse citizenshipeducation@dhi-paris.fr

Les propositions devront détailler les questions de recherche en lien avec les directions proposées et les objets, sources et acteurs étudiés. Les propositions de jeunes chercheuses et de jeunes chercheurs sont particulièrement les bienvenues. La sélection des communications sera communiquée au plus tard fin novembre. Le cas échéant, les frais de transport et d’hébergement seront pris en charge sous réserve de financements.

Education et savoirs en société

Nouvelle collection « Education et savoirs en société » dirigée par J. Barrier et K. Robinault.

Cette collection propose d’accueillir des travaux de recherche inédits sur l’éducation et, plus largement, sur l’élaboration, la circulation et la transmission de savoirs dans différents contextes sociaux, historiques et politiques. Sans négliger les phénomènes de pouvoir et de production d’inégalités, elle porte ainsi une attention particulière à la question des savoirs et des apprentissages. Ouverte sur l’ensemble des disciplines, elle envisage éducations et savoirs dans toute leur diversité. À ce titre, elle interrogera les dynamiques à l’œuvre aussi bien dans des institutions éducatives que dans d’autres espaces sociaux, comme la famille, les milieux associatifs ou le monde économique. Les ouvrages publiés, de préférence des monographies, s’adressent aux chercheurs, étudiants, formateurs et citoyens intéressés par les résultats de la recherche dans ce domaine.

ENS Editions

Fontaine Alexandre, Gillabert Matthieu & Hoenig Bianca (Ed.) (2019). « Die Schweiz – eine Kulturtransfergeschichte / La Suisse – une histoire de transferts culturels ». Traverse, Zeitschrift für Geschichte, 1, 216 p.

Die Schweiz stellt einen Raum intensiver kultureller Transfers dar. Wissen und Bezüge aus dem Ausland wurden aufgenommen, angeeignet und reinterpretiert, sei es im kantonalen, regionalen, lokalen oder nationalen Rahmen. Dieser Schwerpunkt der traverse setzt sich zum Ziel, die Rolle von kulturellen Importen und ausländischen Bezügen in der Schweiz genauer zu fassen. Anhand des schweizerischen Falls wird damit eine Relektüre des Kulturtransferkonzepts und seiner Methoden angestrebt.

La Suisse incarne un espace de transferts culturels qui a absorbé des savoirs et des références étrangères, non sans les réinterpréter afin de les ajuster dans ses propres contextes, qu’ils soient cantonaux, régionaux, locaux ou national. Ce numéro de traverse a pour objectif d’analyser les processus complexes d’absorptions, de transferts et de réinterprétations d’idées et de pratiques diverses. Ainsi, le numéro souhaite réinterroger la notion de transfert culturel et ses méthodes dans le cas helvétique.

Link

L’educazione degli adulti nella seconda metà del XX secolo. L’educació d’adults a la segona meitat del segle XX.

Call for paper per il numero 36 (luglio-dicembre 2020) della rivista Educació i Història. Revista d’història de l’educació, pubblicata dalla società di storia dell’educazione affiliata all’Istituto di Studi Catalani. 
Numero tematico dedicato all’educazione degli adulti: L’educació d’adults a la segona meitat del segle XX

Annuncio

È nato il Laboratorio RDCD

Nous pouvons annoncer la naissance, au sein du Dipartimento Formazione e apprendimento de la SUPSI, d’un nouveau centre de recherche : le Laboratorio Ricerca storico-educativa, Documentazione, Conservazione e Digitalizzazione del patrimonio storico-educativo (RDCD). Ce nouveau centre regroupe Wolfgang Sahfeld (professeur en histoire de l’éducation) et le personnel de la bibliothèque du DFA dirigé par Mme Ornella Monti.

Parmi ses tâches figurent la recherche et documentation en histoire de l’éducation ainsi que la conservation et digitalisation du patrimoine libraire et documental de l’école tessinoise et de la SUPSI. En outre le Laboratorio assure des cours en histoire de l’éducation au DFA et veut promouvoir des cours d’histoire de l’éducation dans d’autres formations pour enseigants, bibliothécaires et autres professions.

 

 

 

Sammlungen Pestalozzianum – Kulturerbe wird digital

Cet article est disponible en Allemand. Pour le confort de l’utilisateur, le contenu est affiché ci-dessous dans une autre langue. Vous pouvez cliquer le lien pour changer de langue active.

Eine zentrale bildungshistorische Quelle des Kantons Zürich ist nun digital auf e-periodica verfügbar: Die « Berichte über die Verhandlungen der Zürcherischen Schulsynode » dokumentieren jährlich stattfindende Versammlungen der Volks- und Mittelschullehrpersonen. Diese serielle Quelle erlaubt vertiefte Einblicke in das bildungspolitische Geschehen seit Gründung der modernen Zürcher Volksschule 1832.

Mehr zu den Arbeiten an Erhalt und Zugänglichkeit der Sammlungen Pestalozzianum erfahren Sie im Blogbeitrag.

 

Plateforme sur l’évolution historique de la formation et de l’éducation

La plateforme Histoire de l’éducation suisse permet aux chercheurs, étudiants, enseignants ainsi qu’au public intéressé de mener des investigations disciplinaires et multilingues sur les sources et données issues de la recherche historique en éducation. Les investigations se font via un moteur de recherche et permettent l’accès à une importante infrastructure digitale consacrée à l’histoire de l’éducation en Suisse.

Contact: hc.no1571326414itacu1571326414deled1571326414eriot1571326414sih@n1571326414oitca1571326414der1571326414

Erster Weltkrieg, Schule und Volksbildung in der Deutschschweiz

Cet article est disponible en Allemand. Pour le confort de l’utilisateur, le contenu est affiché ci-dessous dans une autre langue. Vous pouvez cliquer le lien pour changer de langue active.

Das Beziehungsgeflecht von Schule, Volksbildung und Erstem Weltkrieg ist nicht nur durch Kriegspädagogik, sondern gerade in der Deutschschweiz durch umfangreiche Pädagogisierungsschübe ausserhalb der Schulen gekennzeichnet. Mit weiter Optik untersucht dieser Band vielfältige volkserzieherische Akteure aus den Bereichen Schule, Militär und Frauenbewegung, wobei auch Rechtsintellektuelle und Sozialisten in den Blick geraten. Facettenreich wird gezeigt, wie sie an eidgenössische Mythen und Geschlechtertypologien anknüpfen, neue Lehrmittel initiieren, über Nationalerziehung debattieren sowie Krieg und Revolution. als Erzieher betrachten.

Norbert Grube, Andreas Hoffmann-Ocon und Andrea De Vincenti lehren und forschen am Zentrum für Schulgeschichte der Pädagogischen Hochschule Zürich.

Mitgliederversammlung der AG Historische Bildungsforschung

Cet article est disponible en Allemand. Pour le confort de l’utilisateur, le contenu est affiché ci-dessous dans une autre langue. Vous pouvez cliquer le lien pour changer de langue active.

Am 28. Juni 2018 findet zwischen 10.30 – 12.00 die Mitgliederversammlung der Arbeitsgruppe Historische Bildungsforschung statt.

Die MV wird, wie gewohnt, anlässlich einer SGBF-Tagung durchgeführt, dieses Jahr an der Universität Zürich im Raum KO2-F-156.

Alle relevanten Unterlagen finden sich hier:

https://www.hist-edu.ch/ag/assemble/

 

Das Programm der diesjährigen SBGF-Tagung findet sich hier:

http://www.sgbf2018.uzh.ch/de/program.html

Pädagogisierung von Räumen: Reale, imaginierte und fiktive Bildungsorte in der Deutschschweiz im 19. und 20. Jahrhundert, hrsg. von Andrea De Vincenti, Norbert Grube und Andreas Hoffmann-Ocon.

Cet article est disponible en Allemand. Pour le confort de l’utilisateur, le contenu est affiché ci-dessous dans une autre langue. Vous pouvez cliquer le lien pour changer de langue active.

http://www.historiascholastica.com/sites/www.historiascholastica.com/files/HS/1-2018/HS-1-2018.pdf

Trois soutenances de thèses à l’université de Genève

A l’université de Genève, les 26 et 27 mars, à Uni Mail à Genève en la salle 4193, auront lieu trois soutenances de thèses dans le domaine de l’histoire de l’éducation. Les trois thèses sont le fruit du projet FNS Sinergia “Transformation schulischen Wissens seit 1830” (CRSII1_141826).

Lundi 26 mars 9h00 à ~12h30

Viviane Rouiller

Apprendre la langue de la majorité des Confédérés ». Une discipline scolaire, entre enjeux pédagogiques, politiques, pratiques et culturels (1830-1990)

Directeur/trice : Blaise Extermann et Rita Hofstetter

Lundi 26 mars 14h30 à 18h00

Aurélie De Mestral

Enseigner l’histoire en Suisse romande et édifier la nation helvétique ? Évolution d’un savoir scolaire à l’aune des programmes et des manuels (XIXe – XXe siècles)

Directeur/trice : Charles Heimberg et Rita Hofstetter

Mardi 27 mars 14h00 à ~17h30

Anouk Darme

Enseigner la grammaire pour développer l‘expression de la pensée ? Eléments d’histoire de la grammaire scolaire en Suisse romande (1830-1990)

Directeur : Bernard Schneuwly

Lancement du Cercle d’études Grégoire Girard (CE2G)

Le Cercle d’études Grégoire Girard regroupe des spécialistes de l’éducation et de l’histoire des idées. Ce collectif a pour but de mener des recherches scientifiques sur Grégoire Girard (1765-1850). Il s’agit plus particulièrement de contribuer à l’avancement du travail d’édition des écrits de Grégoire Girard, de ses biographes et de toutes les correspondances, manuscrits, etc., susceptibles de mieux appréhender l’œuvre de ce scientifique de renommée internationale.

Cercle d’études Grégoire Girard (CE2G)

Numéro de traverse, « Constitution, citoyenneté et école »

Traverse 2017/1, « Constitution, citoyenneté, école »

« L’acceptation de nouvelles constitutions à l’ère libérale a souvent été suivie de près par celle de lois scolaires destinées à «moderniser» l’école en vue de la formation des nouveaux citoyens et citoyennes. Partant de ce phénomène, ce dossier thématique réunit des contributions qui examinent comment des représentations dominantes de la Constitution, de la société et de la citoyenneté se développent dans des territoires donnés – en Suisse et à l’étranger – et se répercutent de façon normative sur l’organisation et les curricula scolaires: comment autorisent-elles toutes sortes de différenciations (selon le statut social, le sexe, la formation), voire les renforcent-elles? Grâce à une contextualisation des savoirs transmis, prônée notamment par la Curriculum History américaine, l’histoire de l’école devient partie intégrante d’une histoire culturelle plus large où nous situons également la construction des Etats nationaux. »

Teaching history of education in/for the 21st century

Cet article est disponible en Anglais. Pour le confort de l’utilisateur, le contenu est affiché ci-dessous dans une autre langue. Vous pouvez cliquer le lien pour changer de langue active.

Research project at the University of Leuven by Prof. Pieter Verstraete and Nele Reyniers that aims to uncover some of the contemporary teaching practices and teaching beliefs within the domain of history of education.

Continuer la lecture de « Teaching history of education in/for the 21st century »

Observatoire Education & Formation (OBSEF), UNIL

L’OBSEF

L’Observatoire Education & Formation (OBSEF) contribue à la construction de connaissances scientifiques sur l’éducation et la formation. Il met ses compétences à disposition de la société civile et soutient la réflexion des différents acteurs impliqués dans les phénomènes éducatifs et de formation (associations, autorités, administrations, institutions de formation et de recherche, fondations, etc.).

Réunissant des chercheur·e·s de la Faculté des sciences sociales et politiques (sociologie, psychologie, psychologie sociale et sciences du sport, histoire, etc.) de l’Université de Lausanne, il constitue un lieu de dialogue interdisciplinaire. Il favorise les collaborations de recherche, le transfert de connaissances et les interventions sur le terrain.

Les chercheur·e·s de l’OBSEF mobilisent des méthodes quantitatives et qualitatives variées allant des analyses statistiques secondaires aux observations ethnographiques, analyses des trajectoires, entretiens, focus group, analyses des interactions, analyses visuelle et documentaire, etc. Ils proposent leur expertise méthodologique dans les approches quantitatives, qualitatives et de mixed methods.

Bildungsgeschichte. International Journal for the Historiography of Education

Cet article est disponible en Allemand. Pour le confort de l’utilisateur, le contenu est affiché ci-dessous dans une autre langue. Vous pouvez cliquer le lien pour changer de langue active.

Die Zeitschrift „Bildungsgeschichte. International Journal for the Historiography of Education“ ist nach umfangreichen Vorbereitungsarbeiten jetzt auch online zugänglich. Ab sofort sind sämtliche Ausgaben der seit 2011 erscheinenden Zeitschrift abrufbar.

Die Zeitschrift Bildungsgeschichte / International Journal for the Historiography of Education ist ein zweisprachiges (deutsch / englisch) Forum, das zugleich metatheoretische als auch inhaltliche Diskussionen ermöglichen, verstärken und weiter entwickeln will.

Auf einer metatheoretischen Ebene fördert sie die Entnationalisierung der Forschung und ihrer zentralen Fragen, stellt sowohl historische Großtheorien als auch Epochierungen in Frage und verfolgt die Verbindung historischer und komparativer Forschungsansätze im Feld der Erziehung und Bildung. Auf einer inhaltlichen Ebene konzentriert sie sich auf die Schwerpunkte Aufbau und Entwicklung des Schulwesens, Nationalisierung und Internationalisierung der Bildungspolitik, Wissenschafts-, Bildungs- und Theoriegeschichte seit der Renaissance sowie auf historiographische Fragen.

Bildungsgeschichte / International Journal for the Historiography of Education umfasst die vier Rubriken „Beiträge“, in welcher unterschiedliche thematische Artikel zum Abdruck gelangen, „Diskussion“, in welcher Thesenpapiere oder kurze Beiträge von einer international zusammengesetzten Forschungsgemeinde diskutiert werden, „Rezensionen“, in welcher wichtige Neuerscheinungen kritisch gewürdigt werden sowie eine „Kolumne“, in welcher prominente Gastautorinnen oder Gastautoren während mehreren Ausgaben die Möglichkeit einer „carte blanche“ erhalten.

Das Herausgeberteam ist an der Publikation von Forschungsarbeiten aus dem Kreis von Nachwuchswissenschaftler/innen interessiert; möglich sind auch Gastherausgeberschaften oder Schwerpunktnummern. Manuskripte werden als Word- oder pdf-Dateien an die Redaktion (hc.hz1571326414u.efi1571326414@hcal1571326414rohr1571326414) erbeten. Die Manuskripte durchlaufen ein peer review-Verfahren mit mindestens zwei Gutachten, welche Antrag zur Annahme, Überarbeitung oder Ablehnung stellen.

IJHE: http://www.ijhe.de/#library