Numéro de traverse, “Constitution, citoyenneté et école”

This entry is available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

Traverse 2017/1, “Constitution, citoyenneté, école”

“L’acceptation de nouvelles constitutions à l’ère libérale a souvent été suivie de près par celle de lois scolaires destinées à «moderniser» l’école en vue de la formation des nouveaux citoyens et citoyennes. Partant de ce phénomène, ce dossier thématique réunit des contributions qui examinent comment des représentations dominantes de la Constitution, de la société et de la citoyenneté se développent dans des territoires donnés – en Suisse et à l’étranger – et se répercutent de façon normative sur l’organisation et les curricula scolaires: comment autorisent-elles toutes sortes de différenciations (selon le statut social, le sexe, la formation), voire les renforcent-elles? Grâce à une contextualisation des savoirs transmis, prônée notamment par la Curriculum History américaine, l’histoire de l’école devient partie intégrante d’une histoire culturelle plus large où nous situons également la construction des Etats nationaux.”

Histoire de l’éducation populaire, 1815-1945. Perspectives françaises et internationales

This entry is available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

Carole Christen, Laurent Besse (dir.), Histoire de l’éducation populaire, 1815-1945. Perspectives françaises et internationales, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2017.

 

La Femme nouvelle. Genre, éducation, Révolution (1789-1830)

This entry is available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

Caroline Fayolle, La Femme nouvelle. Genre, éducation, révolution (1789-1830), Paris, Éditions du CTHS, 2017, 480 p. Avec une préface de Michèle Riot-Sarcey et une postface de Bernard Gainot. Prix de thèse du Comité des travaux historiques et scientifiques.